Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type







Erreur : Votre commentaire a été refusé.
15/10/2015
Un Mois Chargé

Si les deux extraterrestres ont manqué de peu de rendre leur rapport après le jour dû le mois précédent, cette fois-ci, c’est avec plus de deux semaines de retard que le texte a été envoyé aux supérieurs. Ce n’était pourtant pas faute d’être réactifs et prévoyants, mais le matériel de l’Indiscret, à la mise en ligne de leur rapport, a posé quelques soucis. Les deux camarades n’ont pu qu’attendre que la tempête électromagnétique qui agitait leur côté de la Lune se calme. Ce délai est d’autant plus malencontreux que le mois de septembre leur a semblé particulièrement riche en actualités.

Vahrüt n°102. 1er Septembre 2015 au 31 Septembre 2015. Calendrier Terrien.

Le mois de septembre a commencé par une photo. Une photo choquante, que l’on a vu partout pendant des jours, voire des semaines. Elle montrait le petit Alan Kurdi (appelé à l’origine Aylan), jeune Syrien de trois ans mort le 2 septembre, échoué sur la plage turque de Bodrum. En pleine crise migratoire, les milliers de morts en Méditerranée avaient enfin un visage ! La question était alors « peut-on montrer l’image d’un mort en Une ? » Les médias français se sont montrés timorés – ou prudents – par rapport aux médias anglo-saxons. La photo, destinée à devenir aussi célèbre que celle de la petite Phan Thi Kim Phuc brûlée par le napalm au Vietnam, n’a pas échappé aux conspirationnistes : selon certains, le corps de l’enfant aurait été déplacé pour renforcer l’émotion suscitée et pousser le public occidental à compatir avec les migrants. Ils en veulent pour preuve une autre photo censée montrer l’enfant dans un autre endroit, au milieu des récifs. En réalité, selon Nilüfer Demir, la journaliste turque qui a pris la photographie, cette autre photo est celle de Galip Kurdi, le frère d’Alan. Dans de nombreux pays, dont la France, l’émotion soulevée par la photo est retombée aussi vite qu’elle est montée – j’y reviendrai plus tard. Tout au plus le président François Hollande a-t-il accepté d’augmenter le nombre de réfugiés accueillis en France, à l’instar de bien d’autres pays. Dans d’autres, comme en Allemagne, l’image a eu une réelle portée, puisque la chancelière Angela Merkel a effectué un véritable virage par rapport à sa précédente politique et défend à présent l’intégration d’un grand nombre de réfugiés, souhaitant faire de l’Allemagne un véritable pays d’accueil, notamment pour palier sa faible natalité. Ça ne plaît évidemment pas à tout le monde : presque la moitié des Allemands considèrent que « l’immigration a plutôt des inconvénients »

Une autre actualité majeure, mais plus récente, est l’officialisation de l’intervention russe en Syrie. Alors que Vladimir Poutine nie toujours la présence de troupes russes en Ukraine, il a décidé qu’il était temps de soutenir son ami Bachar El-Assad contre le groupe État islamique. Les bombardements ont démarré le 30 septembre, mais on ignore en réalité si ces frappes visaient bel et bien l’État islamique ou bien d’autres belligérants que le régime syrien considère comme ennemis. Les États-Unis n’ont que faiblement réagi – il faut dire qu’ils n’ont guère de leçons à donner, puisqu’une de leurs frappes aériennes en Irak a touché un hôpital de Médecins sans frontières, tuant 19 personnes (dont 10 employés de MSF). Le président russe, lui aussi, a reconnu la mort de civils dans ce début de campagne, et l’assume parfaitement, déclarant que ces dégâts collatéraux se poursuivraient pendant la durée de l’intervention de l’armée syrienne. L’opinion publique russe était, selon les précédents sondages, réticente à l’idée d’une intervention en Syrie. Peut-être que le bulletin météo de la chaîne Russie 24 leur a fait changer d’avis : la présentatrice y décrivait les conditions météorologiques syriennes, idéales pour un bombardement malgré l’arrivée possible de tempêtes de sable.

L’autre actualité majeure, ce mois-ci, c’est ce qu’on a appelé le « Dieselgate ». L’Environmental Protection Agency a découvert que les contrôles anti-pollution des voitures diesel de Volkswagen commercialisées aux États-Unis étaient truqués : les voitures pouvaient ainsi passer les tests anti-pollution alors que la quantité d’oxyde d’azote est 40% supérieure aux normes fédérales. L’entreprise Volkswagen, fleuron de l’industrie allemande et symbole de la « Deutsche Qualität » ne s’en remettra peut-être pas : elle devra rembourser 37 500 dollars pour chaque voiture, soit 18 milliards pour les 480 000 voitures commercialisées aux États-Unis. Sans compter les pertes liées aux futures plaintes, aux baisses de vente et à la chute de l’image de marque. Et on ignore encore si d’autres pays sont concernés ! Le directeur Martin Winterkorn a été éjecté de sa place lorsque Volkswagen a admis les faits. Le scandale pourrait s’étendre encore si l’on venait à découvrir que d’autres entreprises truquaient elles aussi leurs logiciels anti-pollution. Pour l’heure, les constructeurs automobiles concurrents dans le monde entier se frottent les mains, mais qui sait s’ils ne seront pas les prochains ?

Mais comme à l’accoutumée, penchons-nous un peu plus près sur la France. Quelques semaines à peine après la vague d’émotion suscitée par la photo du petit Aylan, les valeurs humaines brandies si haut semblent bel et bien oubliées : sur le plateau de l’émission On n’est pas couchés, la députée européenne Nadine Morano a créé la surprise en citant le général De Gaulle : « Nous sommes un pays judéo-chrétien de race blanche ». Si l’on oublie le contexte dans lequel la phrase avait été prononcée pour justifier l’indépendance de l’Algérie, cette réalité a bien changé en quelques décennies, et aujourd’hui des millions de Français n’ont pas besoin d’être blancs pour incarner le pays. Sans parler, bien entendu, des territoires et départements d’outre-Mer. Loin de rétracter ses propos, Mme. Morano les a complètement assumés et dénoncé une chasse aux sorcières. Malgré le soutien d’une partie de la population, le plus grand revers est venu de son propre parti, Les Républicains, puisque désavouée par la plupart de ses membres, elle a été destituée de la liste sur laquelle elle était tête de liste pour les élections régionales en Meurthe-et-Moselle. Et le plus malheureux, pour elle, c’est que même le Front National ne veut pas d’elle.

Enfin, finissons par les choses sérieuses : les Terriens s’intéressent décidément d’un peu trop près à l’espace. Ils l’ont encore prouvé ce mois-ci avec la planète Mars. Figurez-vous qu’ils y ont trouvé des traces d’eau ! Certes, celle-ci est à une température glaciale, mais ils considèrent cela comme une grande avancée (nombre d’entre eux savaient que la « planète rouge » en avait eu par le passé, mais ignoraient qu’elle en recelait toujours). À les entendre, on croirait qu’il n’y a que l’eau qui puisse favoriser la vie. Comme ils sont adorables. En attendant, les chercheurs de la NASA ne risquent pas de mettre le pied vers Mars de sitôt, et pas seulement pour des raisons de budget. Les humains étant de véritables nids à bactéries (je ne plaisante pas, ils en transportent constamment cent mille milliards sur eux en eux, vous pensez bien qu’ils n’ont guère envie de contaminer les échantillons qu’ils souhaiteraient analyser. Tant de découvertes à faire, et pourtant inaccessibles ! Comme un supplice de Tantale revisité (n'ayez crainte, je joindrai une note à ce rapport pour expliquer ce dont il s’agit).

Je vous recontacterai le mois prochain. Amitiés. Observateur Glärb.




Commentaires



Écrivez un commentaire pour être parmi les premiers de votre espèce à communiquer avec un extra-terrestre.












Il n'y a pas de commentaires pour le moment