Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type







Erreur : Votre commentaire a été refusé.
29/07/2013
Une Terrible Ironie du Sort

Á son réveil, Glärb a tout de suite senti qu’aujourd’hui serait encore une de ces journées inutilement nostalgiques, où il se surprendrait à fixer les étoiles dans l’espoir de rentrer au plus tôt parmi les siens. Un autre jour où, pris du mal du pays, il s’occuperait tant bien que mal en rêvassant jusqu’à ce que, venue l’heure de faire son travail, il s’arrache à la hâte à son activité quelconque pour s’atteler à la rédaction hâtive de son rapport. Dès son réveil, il s’en doutait déjà, et c’est bel et bien arrivé, comme presque à chaque fois.

Vahrüt n°11. 22 Juillet 2013 au 28 Juillet 2013. Calendrier Terrien.

La vie sur Terre s’accompagne d’une terrifiante ironie du sort. Je ne suis ici que depuis quelques vahrüt à peine et il me semble déjà distinguer une certaine logique dans l’enchaînement des événements. C’était déjà le cas pour la série de manifestations de la classe moyenne à travers le monde, bien que le phénomène puisse être expliqué. Ce qui est incompréhensible, en revanche, c’est la multiplication des drames ferroviaires. J’ai déjà évoqué celui de Lac-Mégantic au Québec, puis Brétigny en France, mais tous les regards se sont tournés vendredi 27 vers Saint-Jacques de Compostelle, dans la région de Galice, en Espagne. Un train y a violemment déraillévers la responsabilité du conducteur, Francisco Garzon, amateur de vitesse qui faisait rouler sa machine à 190 km/h au lieu des 80 autorisés dans le dangereux virage où a eu lieu l’accident. La chose s’est produite vers 21h, et le voisinage s’est précipité avant les secours pour aider les survivants. Même au cœur de la nuit, des Espagnols se sont levés et se sont massés devant les hôpitaux afin de donner leur sang à ceux qui en avaient besoin. Avec tout l’amour que je porte à ma patrie et tout le respect que j’ai pour mes frères et sœurs Mwandishi, je ne suis pas certain que de telles scènes d’altruisme puissent se reproduire chez nous.

Mais je m’égare. Franchissons à présent la Mer Méditerranée pour nous intéresser à la Tunisie. Comme vous le savez, son voisin l’Égypte a vu son président destitué par l’armée avec le soutien du peuple il y a quelques semaines. De ce fait, la tension était palpable en Tunisie, où le parti au pouvoir, Ennahda, est politiquement proche des Frères Musulmans dont était issu Morsi. Dans de telles circonstances, la logique voudrait que l’on tente d’apaiser la population en évitant les conflits. Un bon sens dont l’assassin de Mohamed Brahimi, l’une des figures de l’opposition tunisienne, manque sérieusement. En effet, les agitations que ce meurtre a provoqué pourraient bien plonger le pays dans une crise politique du même type que celle qui a suivi la mort similaire de Chokri Belaïd le 6 février, une crise dont le parti au pouvoir pourrait ne pas se sortir indemne. Toutefois, il est peu probable que le gouvernement tunisien subisse le même sort que son homologue égyptien car l’armée y est bien moins influente.

Un peu plus au Sud, le Mali a organisé dimanche 27 ses élections présidentielles. Pour rappel, le pays est en crise depuis le début de la rébellion des séparatistes Touareg, début 2012. Ces derniers se sont alors alliés aux islamistes d’Ansar Dine, du MUJAO ou encore d’AQMI, qui ont mêlé la religion au conflit avant de conquérir une par une les villes. Critiqué pour sa mauvaise gestion de la situation, le président Amadou Toumani Touré a été déchu par un Coup d’État, puis remplacé par le président de l’Assemblée Nationale Dioncounda Traoré qui n’a pas eu davantage de succès. Avec l’intervention française le 14 janvier, suite à la marche islamiste vers Bamako, les ennemis du pays ont été peu à peu repoussés, mais la situation est loin d’être stabilisée et le Nord du pays a été sous contrôle ennemi pendant au moins un an. De cette situation découlait un dilemme : reporter les élections dans l’espoir d’une situation plus calme, et ce bien que la présence d’un président légitime soit une condition au retour à la normale ; ou bien organiser les élections malgré les troubles au risque d’élire quelqu’un qui aggravera la situation. Vingt-sept candidats se sont présentés, et la religion a été très présente dans la campagne (96% de la population est musulmane). De plus, 90% des personnes inscrites sur les listes électorales vivent au Sud, la région favorisée, tandis que les troubles sont apparus au Nord précisément parce que la population se sentait exclue. Même si on a pu noter quelques cas de fraude, le scrutin s’est bien déroulé. Quant au résultat, il sera connu vendredi au plus tard.

Pendant ce temps, le Pape François poursuit sa visite au Brésil, où ont eu lieu les JMJ, ou « Journées Mondiales de la Jeunesse », qui rassemble les jeunes catholiques du monde entier. Le concept de « Pape » peut nous sembler étrange au premier abord, mais pour faire simple, une partie des Terriens ne se contente pas de vivre leur foi de façon intérieure, beaucoup l’extériorisent en rendant autant un culte à l’institution qu’est l’Église, et à son chef le Pape – ce qui n’est pas le cas de tous les autres cultes. Soucieux de soigner l’image de ladite institution, laquelle est tachée par les scandales de corruption, de pédophilie et les luttes de pouvoir, le Pape se veut également proche du peuple. Á ce titre, il a apporté son soutien aux manifestants brésiliens dans leur colère contre la corruption des hautes sphères du pouvoir. L’élection d’un Pape aussi populaire pourrait s’avérer salutaire pour l’Église, qui voit le nombre de jeunes fidèles baisser de génération en génération.

Enfin, je suis navré, mais je vais devoir terminer ce rapport avec un événement que j’ai quelques difficultés à comprendre. Dans ce cas, pourquoi l’évoquer – me direz-vous ? Eh bien à en juger par le traitement médiatique qui lui est réservé, je ne peux que penser qu’il s’agit d’une actualité majeure. Ce fait d’importance – semble-t-il – n’est autre que la naissance du prince George Alexander Louis. Je sais ce que vous pensez : « au vu de la noblesse de son sang, bien sûr qu’il est important ! », mais je dois vous préciser deux choses : la première, c’est qu’ « avoir le sang bleu » sur Terre n’est qu’une expression, et n’est pas comme chez nous une expression littérale pour désigner les membres de la caste dominante (là-bas, tous ont le sang rouge). De plus, la famille royale n’est en Grande-Bretagne qu’un symbole et n’a aucun rôle politique. Alors certes, j’exagère quelque peu, l’événement est digne d’être mentionné et célébré, mais j’ai la sensation que sans l’accident de train qui a ouvert ce rapport, la naissance royale aurait accaparé l’actualité plusieurs jours de plus.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.




Commentaires



Écrivez un commentaire pour être parmi les premiers de votre espèce à communiquer avec un extra-terrestre.












Glärb le 30/07/2013 à 18:29

Salutations, cher Klägor

Compte tenu de la brièveté de mes rapports, il m'arrive en effet d'aborder certaines questions sans les approfondir outre-mesure, c'est pourquoi votre requête est toute à fait légitime.

Á défaut de consacrer, comme vous le suggérez, un "numéro spécial" à cette curiosité humaine, j'aborderai cette question plus en détail dans mon prochain rapport (au risque de l'allonger considérablement) afin d'expliquer comme il se doit les mystères de la foi Terrienne.

Klägor le 30/07/2013 à 08:55

Bonjour à vous estimé Observateur Glärb.
Votre dernier rapport terriens manque de précisions sur des notions que j'ai du mal à comprendre: les religions. Pourriez-vous faire un numéro spécial explicitant cette spécifité terrienne singulière?
J'ai eu toute les peines du monde à trouver un équivalent dans notre civilisation. Cependant un sage m'a expliqué que nous avions banni toutes déités de nos coutumes il y a de cela des milliers de vahrs mais personne ne semble s'en rappeler la raison.
Je trouve ces coûtumes assez pitoresque et pleines de fantaisie.