Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type







Erreur : Votre commentaire a été refusé.
05/08/2013
Parlons de Religion

Enfoncé dans le cuir de son fauteuil, Glärb songe à ses premiers rapports, à son arrivée dans ce système solaire, et du désespoir qu’il avait d’abord ressenti. Toutefois, ce qui l’avait le plus peiné, c’était cette sensation d’inutilité, le sentiment que les rapports qu’il envoyait ne comblaient pas les attentes de ses pairs ; sans parler du manque de retours, favorables ou non. Mais voilà qu’il reçoit ce message de l’un de ses destinataires lui demandant des précisions. Alors certes, ce travail supplémentaire lui coûtera davantage d’efforts, et aura pour effet d’allonger son rapport, mais qui s’en soucie ? Allez, il est temps de s’y mettre !

29 Juillet 2013 au 4 Aout 2013. Calendrier Terrien.

Débutons ce rapport par une petite visite en Italie. J’étais sur le point de parler de cet accident de car survenu aux environs de Naples, dans la lignée des accidents de transport de ces dernières semaines, mais je n’ai somme toute pas grand-chose à en dire, alors je vais plutôt m’attarder sur des actualités politico-judiciaires, avec la sentence prononcée jeudi 1er aout contre Silvio Berlusconi, l’ex-Président du Conseil. Ce dernier a été condamné pour fraude fiscale pour avoir « artificiellement "gonflé" le prix des droits de diffusion de films, achetés par des sociétés écrans lui appartenant, au moment de leur revente à son empire audiovisuel Mediaset. » (Le Monde). Ce procès met un terme à deux décennies d’impunité : sur la vingtaine de procès qu’a affronté celui que l’on nomme le « Cavaliere », c’est le premier qui aboutit à une condamnation. En revanche, si le chef du Parti du Peuple (Partito del Popolo) a été ébranlé, il n’est toutefois pas certain que les sanctions soient significatives : sur les quatre ans de prison, trois sont amnistiés ; le condamné est trop âgé (77 ans) pour aller en prison, et il a déjà exprimé son refus de faire des travaux d’intérêt généraux : de ce fait, il purgera sa peine dans la résidence privée de son choix (pauvre homme). En ce qui concerne la peine d’inéligibilité, qui frapperait sa carrière politique de plein fouet, la question est étudiée par la Cour de Cassation.

De son côté, la France a connu le braquage le plus important de son histoire : ce sont pas moins de 103 millions d’euros qui ont été dérobés à l’hôtel Carlton de Cannes sous la forme de 72 bijoux. Ceux-ci étaient en cours de transfert vers une salle de l’hôtel où ils devaient être exposés lorsqu’un homme a fait irruption une arme à la main pour s’en emparer. Le vol s’est déroulé en un temps record et sans la moindre violence. Son auteur ayant pénétré les lieux au moyen d’une fenêtre entrouverte, on peut imaginer qu’il a reçu l’aide d’un complice, mais l’exploit n’en est pas moins grand. Son seul obstacle, à présent, sera de revendre son butin sans que les autorités en retrouve la trace. Il est également à noter que trois jours plus tard, un autre braquage avait lieu dans le même quartier, cette fois-ci chez un horloger.

Toujours en France, le Conseil d’État s’est cette semaine attiré les foudres des écologistes ainsi que des agriculteurs en levant l’interdiction faite sur la culture du maïs transgénique MON810 de la société Monsanto (controversée pour sa promotion de produits nocifs, ses falsifications de résultats scientifiques ou son lobbysme agressif). Ces mesures avaient été prises en mars 2012, et le président François Hollande, ainsi que le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll - s’étaient engagé à combattre les OGM (Organismes Génétiquement Modifiés). Le gouvernement, qui n’a pas changé sa position, se retrouve ainsi en fâcheuse posture et promet une décision rapide. L’annulation du moratoire repose sur le droit européen : une telle mesure ne peut être adoptée qu’en cas d’urgence ou de risque important pour la santé humaine, animale, ou l’environnement ; ce qui ne semble pas encore prouvé. Si cela ne tenait qu’à moi, je pourrais leur apporter mille preuves provenant de l’histoire désastreuse de notre agriculture, mais comme j’ai fait le serment de ne pas entrer en contact avec les Terriens, je m’abstiendrai toute intervention.

De l’autre côté de la Mer Méditerranée, le mécontentement gronde dans les rues. Non, je ne parle pas de la Tunisie que j’évoquais au dernier vahrüt, mais du Maroc, où un geste de rapprochement avec l’Espagne s’est transformé en affaire nationale. Il faut dire que dans les 48 prisonniers espagnols dont le roi Juan Carlos demandait la libération figurait Daniel Galvan Viña, un sexagénaire condamné en 2011 à 30 ans de prison pour avoir violé onze enfants. Le peuple est aussitôt descendu dans les rues pour manifester, malgré la répression policière, contre ce qu’ils considèrent comme une injustice incompréhensible. Quant à Mohammed VI, qui a accordé sa grâce royale aux prisonniers, il a jugé bon de faire savoir qu’il n’avait pas été mis au courant des antécédents du pédophile (dont certaines sources affirment qu’il a fait partie des services secrets espagnols). Comment a-t-il pu penser un seul instant qu’en admettant avoir libéré quelqu’un sans s’être renseigné un minimum, il allait rassurer les Marocains ? Le roi a finalement décidé de retirer cette grâce dimanche soir, mais le mal est fait ; et en admettant qu’il soit possible de revenir en arrière sachant que le principal concerné a déjà quitté le territoire, la crédibilité du roi en a pris un coup.

Enfin, parlons une nouvelle fois du Pape François, qui a fait une conférence de presse, la première de l’histoire du pontificat, à son retour de Rio. Il a entre autres déclaré qu’il ne lui appartenait pas de juger les croyants homosexuels ; des mots qui marquent une évolution progressive par rapport à son prédécesseur. Inutile toutefois de se faire des idées : il ne s’agit en aucun cas d’une révolution, en réalité l’Église éprouve toujours une haine viscérale à l’égard du « péché » que constitue l’homosexualité, mais appelle à la tolérance envers les pécheurs eux-mêmes. Par ailleurs, il a fortement condamné le lobby gay (tout comme les autres formes de lobbies) et s’est même montré plus sec en ce qui concerne le mariage homosexuel, auquel il est bien entendu farouchement opposé.

Et puisque je parle du Pape, il s’agit du moment idéal pour répondre à Klägor qui me pressait, suite à mon précédent rapport, d’apporter des précisions en ce qui concerne la religion, une notion qui en effet n’a aucun équivalent dans notre société moderne.

La Religion en Quelques Mots

Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe sur Terre une multitude de religions, elles-mêmes composées de différents courants (catholiques et protestants, sunnites et chiites, etc.) ; tout comme il y a de très nombreuses façons de vivre sa religion. Celles qui étaient constituées d’un panthéon de nombreux dieux (chacun incarnant un aspect de la vie et du monde) ont fini par devenir obsolètes et ont été progressivement remplacées par trois religions majeures : le christianisme, l’islam et le judaïsme. Malgré les conflits qui les opposent, elles ne sont pas si différentes car elles vénèrent toutes trois un être omniscient et omnipotent, et condamnent sensiblement les mêmes péchés (en particulier l’homosexualité, pour faire écho au paragraphe ci-dessus).

L’idée qu’un être suprême ait crée l’univers dans son intégralité peut en effet être tentante, mais figurez-vous que la religion n’a pas seulement pour rôle d’expliquer l’origine de toute chose : son objectif principal est d’ordre moral. Non seulement Dieu, Allah ou Yahvé est omniscient, mais il a également un rôle de juge : quiconque se comporte de façon exemplaire serait récompensé par une existence agréable au paradis après samort, tandis que les autres, les infidèles, hérétiques ou pécheurs, souffriront pour l’éternité en Enfer, un endroit chaud où l’on est sans cesse tourmenté – un peu comme le quartier dans lequel j’ai grandi, mais je m’égare. La religion devient ainsi toute une façon de vivre, faite de traditions : il faut manger du poisson tel jour chez les chrétiens, jeûner tel mois chez les musulmans, découper de la peau au bout de sa zigounette chez les juifs… les exemples ne manquent pas. Tout cela fait partie du folklore : on ne se pose pas la question de savoir si Dieu en a quelque chose à faire de notre régime alimentaire, on le fait, c’est comme ça.

Pour veiller à tout cela, la religion est chaperonnée par une institution à part entière, faite de prêtres, d'imams ou de rabbins selon la foi : ces derniers sont investis d'une mission divine et sont là pour faire le pont entre le croyant et le ciel. Chez les catholiques, cette institution est particulièrement importante (bien qu'elle le soit moins que par le passé), et est dirigée par le Pape, que j'ai déjà évoqué.

Toutefois, si la grande majorité des croyants, toutes confessions confondues, n’aspire qu’à vivre en paix, il existe pour chacune d’entre elle une importante communauté belliqueuse et vindicative qui n’hésite pas à se déclarer au-dessus des autres (c’est particulièrement vrai au sein de l’islam, où ces derniers sont les plus bruyants et décrédibilisent leurs pairs). La religion a beaucoup fait souffrir par le passé, et continue à faire souffrir encore aujourd’hui. D’ailleurs, curieux paradoxe, même les membres de religions censées être spirituelles et pacifiques peuvent se montrer excessivement violents, comme en témoignent les moines Birmans du mouvement bouddhiste 969 qui persécutent les musulmans.

En somme, le concept de religion sur Terre est immensément vaste, et même si je consacrais les deux prochains vahrüt à écrire sur ce sujet, je ne ferais qu’effleurer ce concept. Il paraît tentant de regarder la foi humaine d’un œil condescendant, car nous sommes quant à nous habitués à une vision beaucoup plus logique, scientifique, et ne pourrions jamais admettre la présence d’un dieu sans preuves tangibles ; mais chez les Terriens, la foi et la science sont loin d’être incompatibles (nombre de scientifiques étaient croyants). D’une façon caricaturale (et peu représentative du fonctionnement réel de l’anatomie humaine), on pourrait dire qu’ils suivent leur cœur tout autant que leur raison. Certains sont convaincus de l’existence de leur dieu, d’autres y croient faute de mieux, une partie a de sérieux doutes, et de plus en plus de personnes n’y croient pas du tout – jusqu’à parfois développer un sentiment hostile qui n’est pas plus sain que l’extrémisme religieux. Fictifs ou non, ces dieux ont eu une influence bien plus importante sur ce monde que n’importe quel être réel ayant véritablement foulé son sol, et c’est sans doute pour cette raison que la religion a toujours un si grand poids dans la société.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.




Commentaires



Écrivez un commentaire pour être parmi les premiers de votre espèce à communiquer avec un extra-terrestre.












Klägor le 16/08/2013 à 10:58

Cher Glärb, je suppose que vous ne recevrez ce message que d'ici une semaine (et oui les communication sub spatiales ont beau être rapide elle doivent tout de même traverser quelques galaxies). Je tiens à vous remercier de prendre sur votre précieux temps afin de nous divertir en nous expliquant plus en détail les coutumes humaines.

PS : (ahahahaha quelle fantaisie de la part des humains que d'utiliser une langue morte pour abréger leurs textes)Des rumeurs indiquent, qu'un relais cosmodésique de transfert subspatial va être construit non loin de la voie lactée permettant d'accélérer sensiblement la communication entre la Terre et Krantavis.

Glärb le 12/08/2013 à 10:41

C... Comment ? Un piratage ? Mais comment cela se peut-il alors que j'ai trompé même les détecteurs de la NASA et de dizaines d'autres organisations du même acabit ? Nom d'un kzulbar, le premier contact avec votre race n'était pas censé se passer de la sorte...

Bon, eh bien félicitations à part, à présent je vous recommande de vous faire discret de ne raconter le contenu de mes rapports à personne, ou mes supérieurs risqueraient de vouloir vous vitrifier afin de garder notre existence secrète.

Une part de moi est toutefois satisfaite que vous aimiez mon travail ; n'hésitez donc pas à commenter à nouveau, je ne dirai rien aux chefs.

Hirikul le 05/08/2013 à 13:54

*Grésillements*

Glärb ? Glärb, m'entendez-vous ?

Je suis un jeune terrien qui à piraté vos systèmes informatiques afin d'avoir accès à vos vahrüt. Je dois dire que je suis étonné de votre capacité à synthétiser les informations que vous recevez de notre monde, je suis votre travail de très près et espère que vous continuerez à l’exécuter avec autant de rigueur. Je vous recontacterais au prochain vahrüt.