Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type







Erreur : Votre commentaire a été refusé.
16/09/2013
Un Consensus Insensé

S’il y a une chose que Glärb tient en horreur, c’est le silence. Sur Krantavis, tout est sonore, bruyant, vivant. Ainsi, à chaque fois que le calme s’installe dans son vaisseau – c’est-à-dire quasiment tout le temps – le malaise le prend. Les dernières semaines avaient été rythmées par ses battements de cœurs effrénés, paniqué qu’il était à l’idée de perdre son boulot pour de bêtes vacances, mais à présent que cette crise d’angoisse est passée, le voilà de nouveau livré en pâture à la tranquillité. Et quoi de mieux pour rompre cette dernière, sinon en écoutant de la musique traditionnelle Mwandishi au volume maximum ? Le souci de cette solution, c’est qu’elle a, du même coup, empêché l’extraterrestre d’entendre l’alarme lui indiquant qu’il était l’heure de rédiger son rapport. Mais après tout, c’est loin d’être la première fois qu’un tel retard a lieu, et il semble que l’observateur travaille mieux lorsqu’il est pressé par le temps.

Vahrüt n°17. 9 Septembre 2013 au 15 Septembre 2013. Calendrier Terrien.

Aujourd’hui, les Chefs d’État Terriens sont radieux. Pourquoi ? Parce qu’un accord a finalement été trouvé entre le Secrétaire d'État Américain John Kerry et le ministre des Affaires Étrangères russe Sergueï Lavrov et satisfait non seulement les deux parties, mais également les autres puissances telles que la Chine, la Grande-Bretagne, la France ou l’Iran. Même le régime Syrien approuve, c’est dire si le consensus est approuvé. Et que dit cet accord ? Que le président Bachar El-Assad doit fournir la liste de son armement chimique, qui sera démantelé afin qu’une attaque comme celle du 21 aout ne se reproduise plus. Et là-dessus, les gouvernements du monde entier louent, la bouche en cœur, l’entente qui a été trouvée. Une seule voix discordante se fait entendre : celle des principaux concernés, à savoir les rebelles syriens. Malgré quelques notions, j’ignore encore le fonctionnement exact de la justice sur Terre, mais chez nous, lorsqu’un crime est commis, ce n’est pas en confisquant l’arme du crime que l’on règle les problèmes. Personne ne s’est non plus interrogé sur le temps et les moyens qu’il faudrait pour détruire lesdites armes, sachant que les États-Unis et la Russie, malgré un budget très conséquent, n’ont toujours pas démantelé l’armement nucléaire qu’ils se promettaient de supprimer il y a vingt ans. Mais une entente internationale a été trouvée, c’est le principal, j’imagine.

Puisque l’on parle des États-Unis, ces derniers ont célébré un triste anniversaire, cette semaine. En effet, le 11 septembre ont été commémorés les douze ans des attentats du World Trade Center qui ont fait des 2973 de morts et marqué l’apparition au grand jour de la menace du terrorisme islamiste en Occident. Plus qu’une tragédie, c’est donc un symbole, celui de l’entrée dans le XXIe siècle. Ce fut également l’élément déclencheur d’une virulente islamophobie, notamment chez de nombreux Américains qui, depuis, ont eu de grandes difficultés à reconnaître l’existence de musulmans pacifiques et pacifistes. C’est dans ce climat parfois tendu que certains individus se font remarquer de temps à autres, à l’instar du pasteur de Floride Terry Jones, arrêté mercredi. Ce dernier avait pour intention de brûler 2998 exemplaires du Coran, le livre sacré de l’islam. Quand à savoir pourquoi il se refusait d’en détruire deux de plus pour parvenir à un chiffre rond, je ne parviens toujours à comprendre et il y a fort à parier que je n’en dormirai pas de la nuit.

Mais assez parlé du pays de l’Oncle Sam. En France, ce qui a marqué l’actualité de ces derniers jours, c’est le « séisme politique » provoqué par les propos controversés de François Fillon, membre éminent de l’UMP et leader de son courant le plus modéré. En effet, si ce dernier continue à refuser une alliance avec le Front National, qu’il qualifie de « sectariste » au même titre que le Parti Socialiste, il n’en a pas moins appelé les électeurs de Marine Le Pen à se joindre à lui. Ainsi, tout en jugeant le projet de l’extrême-droite « économiquement absurde et politiquement dangereux », il n’en est pas moins réduit à les appeler à l’aide pour agrandir ses forces face à l’autre courant de l’UMP incarné par Jean-François Copé. Un plan qui risque de se retourner contre lui, puisqu’il a de cette manière placé le Front National au centre de toutes les attentions, ce dont profite sa présidente qui, amusée, a annoncé fièrement n’avoir « pas besoin de l’UMP ». Au centre de l’échiquier politique, l’UDI de Jean-Louis Borloo, si elle a choisi de remettre en cause son alliance avec l’UMP, ne pouvait pas rêver mieux et se prépare d’ores et déjà à accueillir tous les électeurs de droite déçus par ce revirement. Parmi les personnalités politiques, nombreux sont ceux qui ont déjà désavoué l’ancien chef du gouvernement : Jean-Pierre Raffarin, Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez, Luc Chatel et bien d’autres ont déjà fait part de leurs inquiétudes.

Puisque l’on parle de politique, il me semble intéressant de pointer un autre fait de ce vahrüt : il s’agit de l’université d’été tenue les 14 et 15 septembre par les membres de la Manif pour Tous. Ce mouvement avait été fondé pour lutter contre la loi pour le Mariage pour Tous à travers de nombreuses manifestations dont certaines ont été évoquées dans mes premiers rapports. Mais la loi a été votée et est déjà appliquée, alors quel est leur nouvel objectif ? Répondre à cette question était justement le but de ce rassemblement, et il semble que le mouvement ait trouvé d’autres causes à défendre : « Refus du concept de genre, de la procréation médicalement assistée, de la gestation pour autrui, de l'homophobie, défense de la filiation, de l'altérité sexuelle ou de l'objection de conscience... ». Et s’ils clament haut et fort par la voix de Ludovine de la Rochère qu’ils ne veulent pas se transformer en parti politique, les membres du mouvement n’en ont pas moins l’intention de se présenter aux élections européenne de 2014

Enfin souvenez-vous, je vous parlais dans mon dernier rapport de la décision du Comité International Olympique d’organiser les JO de 2020 à Tokyo. La nouvelle a été abondamment commentée, parfois avec un cynisme qui n’est pas au goût de tout le monde. Ainsi, le journal satirique français Le Canard Enchaîné a choqué le gouvernement japonaise en publiant dans son numéro du 11 septembre deux caricatures mettant en scène les prochains jeux avec des références explicites à la catastrophe nucléaire de Fukushima survenue en 2011. J’ai un instant cru que l’outrage venait de la représentation graphique plutôt pauvre, mais il n’en est rien. En réalité, la diplomatie japonaise n’a pas compris que ce qui était moqué dans ces dessins n’était pas le malheur du peuple japonais mais l’irresponsabilité du gouvernement qui donne la priorité à un projet coûteux en délaissant ses problèmes les plus urgents. Ou n’a pas voulu comprendre. Voilà ce qu’on appelle « noyer le poisson dans l’eau irradiée ».

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.




Commentaires



Écrivez un commentaire pour être parmi les premiers de votre espèce à communiquer avec un extra-terrestre.












Il n'y a pas de commentaires pour le moment