Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type







Erreur : Votre commentaire a été refusé.
02/12/2013
Insurrections à Foison

Qu’y a-t-il d’intéressant à dire sur Glärb, cette semaine ? L’observateur s’est enfin débarrassé de ses démons sentimentaux, il a fait une croix sur cette odieuse Blopa au cœur de pierre. Il est plus que jamais de retour à la normale, sans avoir besoin de pleurer ni de sourire. Le voilà redevenu un simple observateur, comme les mois qui ont précédé cette rupture. La preuve en est qu'il a même poussé le professionnalisme jusqu’à se lancer juste à temps dans son travail, ce qui est tout de même suffisamment rare pour être impressionnant.

Vahrüt n°28. 25 Novembre 2013 au 1 Décembre 2013. Calendrier Terrien.

Vous souvenez vous des troubles qui ont secoué le monde il y a quelques mois ? La Turquie, le Brésil, puis l’Égypte… On aurait dit qu’un vent insurrectionnel soufflait sur la Terre en portant les graines de la discorde d’un continent à l’autre. Je n’ai pas pu m’empêcher d’y penser ces derniers jours en observant deux nations s’agiter simultanément, pour des raisons radicalement différentes. Parlons d’abord de l’Ukraine. Ce pays d’Europe de l’Est jouxtant la Russie s’est officiellement libéré du giron de cette dernière avec l’éclatement de l’URSS en 1991. Cela n’empêche guère son président Viktor Ianoukovytch de se montrer très proche du pays qui l’a délibérément affamé du temps de Joseph Staline. Voilà plusieurs mois qu’un accord d’association visant à rapprocher le pays de l’Union Européenne était en préparation, mais le président Ukrainien a fait volte-face, au grand mécontentement de la frange europhile de son peuple, qui a manifesté en nombre dans les rues. L’ancienne première ministre Ioulia Timochenko, qui avait œuvré pour ce rapprochement et qui purge depuis 2011 7 ans de prison pour « abus de pouvoir » souhaite que ces protestations se poursuivent « tant que le régime ne sera pas renversé par des moyens pacifiques » en appelant à « libérer l’Ukraine ». Elle a en outre entamé une grève de la faim. La dernière manifestation, dimanche soir, a rassemblé 100 000 personnes. Il y avait probablement plus d’europhiles dans cette foule qu’au sein des six pays fondateurs.

Le second pays concerné par une opposition grandissante, c’est la Thaïlande. Cette monarchie constitutionnelle se déchire entre les « chemises rouges » et les « chemises jaunes », autrement dit les soutiens du gouvernements et des royalistes qui souhaitent le départ du gouvernement en place. À l’origine de ces troubles, encore un ex-Premier ministre. En effet, Thaksin Shinawatra était le chef de l’État de 2001 à 2006, mais un coup d’État ainsi qu’une affaire de corruption l’a poussé à l’exil à Dubaï, dans les Émirats arabes unis, puis au Monténégro. Lorsque le Parlement a tenté de voter une loi sur l’amnistie, les chemises jaunes de l’opposition y ont vu les prémices d’une grâce envers l’homme politique, frère de Yingluck Shinawatra, la chef du gouvernement. Nombreux sont ceux qui affirment même que l’exilé tire les ficelles depuis l’Europe de l’Est. Et bien que le projet de loi ait été rejeté, le peuple ne décolère pas et les violences s’accroissent entre les deux couleurs de chemise : il en a résulté un premier mort samedi. À l’inverse du cas égyptien, l’armée a refusé d’intervenir, bien que le général Prayut Chan-O-Cha ait affirmé avoir demandé au chef de la police de restreindre l’utilisation de gaz lacrymogène. À l’inverse des troubles qui ont marqué les mois de mai, juin et juillet, ceux qui secouent l’Ukraine et la Thaïlande ne semblent pas être spontanés, et sont même instrumentalisés par les partis d’opposition.

Mais revenons aux actualités franco-françaises, avec un fait divers qui vient d’être résolu. Celui-ci débute dans la ville de Berck-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, lorsqu’une femme abandonne sa fille de 15 mois sur une plage en planifiant l’heure à laquelle la marée monterait. Le corps de la petite Adélaïde sera retrouvé le lendemain par des pêcheurs de crevettes. Quant à la mère, Fabienne Katou elle a été retrouvée et mise en examen pour « assassinat » grâce à des images de vidéosurveillance de la Gare du Nord à Paris et à des témoignages. Le père, un homme de 63 ans, n’était semble-t-il au courant de rien. Sitôt interpellée, elle a expliqué qu’élever sa fille « entrait en contradiction avec sa vie de couple », qu’elle souhaitait la « libérer d’un avenir sombre » tout en ajoutant qu’elle a choisi cette ville pour son nom. Mais à part ça, elle affirme qu’elle aimait profondément son enfant. Je vous avouerai que je suis plutôt déçu, car j’aurais pensé que les Terriens disposaient d’orphelinats ou de services d’accueil en tous genres pour éviter d’en arriver à de telles extrémités. En fait, je préfère ne pas savoir s’ils existent, parce que l’idée que des humains puissent se montrer aussi lâches envers leur propre progéniture me ferait sans nul doute régurgiter mon déjeuner.

Parlons politique, à présent. Le champ s’est élargi cette semaine avec la création jeudi du parti Nouvelle Donne par l’économiste Pierre Larrouturou, en référence au « New Deal » du président américain Theodore Roosevelt. Cet homme au nom de famille rigolo estimait que les valeurs que devait incarner le Parti Socialiste étaient absentes des actes de la majorité présidentielle. Il est en tout cas parvenu à s’entourer de militants et d'élus de plusieurs partis : PS, EELV, Front de Gauche ou MoDem, avec des personnalités telles que le sociologue Edgar Morin ou l’humoriste Bruno Gaccio. Bien entendu, en tant que Mwandishi, ces noms ne vous disent absolument rien, mais il s’agissait simplement de signaler que son parti n’avait pas fait un « bide », comme le disent les humains. Ou du moins pas encore, car il reste à attendre les élections européennes, en 2014.

Enfin, j’évoquais le mois dernier le projet de loi portant sur la pénalisation des clients de prostituées en France, qui avait donné lieu au médiatique « Manifeste des 343 salauds ». Eh bien c’est cette semaine que le texte a été débattu à l’Assemblée Nationale, plutôt clairsemée pour l’occasion, et la disposition la plus controversée portant sur l’amende a été votée la nuit du 29 novembre. Selon cette loi, qui sera votée dans son ensemble le 4 décembre, les clients de la prostitution devront payer 1500€ d’amende toute relation tarifée avec des professionnelles. Cela ne fera probablement que faire de ce « plus vieux métier du monde » une profession plus clandestine que jamais. Selon le ministère de l’Intérieur, 80% à 90% des prostituées sont d’origine étrangère (sur plus de 20 000 d’entre elles). Combien parmi elles de femmes en situation irrégulière, exploitées par des réseaux ? On voit difficilement comment la répression de l’État pourrait éradiquer un marché si juteux du jour au lendemain. Je n’ai toutefois pas saisi ce que le code génétique de ces dames a de si grandiose pour que des humains prennent autant de risques pour leur faire des enfants, mais j’ai bon espoir de percer, un jour, les arcanes de la sexualité Terrienne.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.




Commentaires



Écrivez un commentaire pour être parmi les premiers de votre espèce à communiquer avec un extra-terrestre.












Il n'y a pas de commentaires pour le moment