Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type







Erreur : Votre commentaire a été refusé.
20/01/2014
Vies Précieuses, Vies Fragiles

Aujourd’hui, Glärb n’est pas dans son état normal. Couché tous les jours de la semaine dans son lit, il n’a pas réussi à se défaire de la malédiction qu’il a amené avec lui sur l’Indiscret. En effet, depuis son petit séjour à la montagne, voilà qu’un fluide mystérieux coule de son orifice nasal. Il lui semble se souvenir que des scientifiques Mwandishi avaient découvert l’existence de ce phénomène anatomique sous des conditions particulièrement exceptionnelles, mais il n’aurait jamais pensé en être victime un jour. Incapable de respirer par le nez, il est forcé de se servir de sa bouche, et la sensation n’est guère agréable. Une partie de lui rêve d’en toucher deux mots à sa hiérarchie, mais il lui faudrait alors expliquer comment il a attrapé ces étranges symptômes. Reniflant une demi-douzaine de fois, l’observateur y renonce donc en écrivant son rapport hebdomadaire.

Vahrüt n°33. 13 Janvier 2014 au 19 Janvier 2014. Calendrier Terrien.

Je vais commencer par évoquer la conférence de presse tenue par le président français François Hollande, mardi 14. Il s’agit de la troisième de son mandat, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle n’arrive pas au bon moment puisque la semaine dernière, le tabloïd Closer révélait sa liaison avec l’actrice Julie Gayet. Ainsi, après avoir assuré qu'il s'agissait de sa vie privée, le chef de l’État s’est empressé d’exposer les mesures qu’il souhaitait voir adopter. Outre le « choc de simplification » qu’il souhaite poursuivre en réduisant le nombre de régions, il a l’intention d’alléger les cotisations familiales pour les entreprises, de baisser les taxes tout en réduisant la dépense publique et en créant 50 000 emplois d’avenir… autrement dit, des mesures que prônait déjà l’UMP de Nicolas Sarkozy avant lui. Les décisions prises vont d’ailleurs dans le sens des patrons (Pierre Gattaz, président du Medef, le syndicat patronal, estime qu’elles vont « dans le bon sens »). De là à affirmer que cette conférence de presse annonce un grand virage libéral, il n’y a qu’un pas que bien des Terriens ont franchi avant moi.

Pendant ce temps, le Cambodge vit comme son voisin la Thaïlande une crise politique. En effet, voilà plusieurs mois que les cambodgiens défilent dans les rues pour appeler à des élections afin de destituer le Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis 1998. Le gouvernement était resté passif jusqu’à ce que des ouvriers, du secteur textile se mettent en grève, privant le pays d’une part de ses revenus, après quoi la répression s’est faite plus violente. Mardi 14 janvier, le franco-cambodgien Sam Rainsy, à la tête du Parti du Sauvetage National du Cambodge et exilé en France de 2010 à 2013, a été interrogé avec son adjoint Kem Sokha au tribunal de Phnom Penh. Les charges pesant contre lui n’ont pas été dévoilées, mais il est à peu près certain que la justice cambodgienne ne lui pardonnera pas d’avoir encouragé le peuple à manifester. Il est toutefois à craindre qu’une condamnation du chef de l’opposition jette de l’huile sur le feu entre les deux camps.

Passons à présent à l’Égypte, où le régime instauré par le général Abdelfatah Khalil Al-Sissi a organisé un référendum cette semaine pour faire adopter la nouvelle constitution du pays. Celle-ci a été acceptée avec une écrasante majorité de 98,1% des voix, un score qui n’est pas sans rappeler les élections de l’ère d’Hosni Moubarak. Seul détail : le taux de participation était de 38,6%, soit un échantillon loin d’être représentatif. Ajoutons à cela la persécution des militants des Frères Musulmans (un affrontement dans le nord du pays a fait 10 morts mercredi) ainsi que l’impossibilité pour les partisans du Non de s’exprimer dans les médias, et il y a de quoi se poser des questions sur les prétentions du nouveau gouvernement de représenter la révolution de la place Tahrir, en avril 2011.

Dans le même temps, en France, entre 16 000 et 40 000 manifestants ont défilé à Paris pour protester contre une nouvelle loi sur l’avortement prévoyant que la femme n'ait plus besoin d'être en état de « détresse » pour avorter, qu’ils dénoncent comme une « banalisation de l’avortement », pratique qui, selon eux, s’apparenterait à un infanticide. Tous ont défilé aux couleurs de l’Espagne, ce voisin dont le Premier ministre Mariano Rajoy a le 20 décembre adopté un projet de loi n’autorisant l’avortement qu’aux grossesses issues de viol ou lorsque la vie de la mère est en danger (mais restant illégal en cas de malformation du fœtus). Cette loi est contestée par une grande partie de la population, catholiques compris, et ne conduira probablement qu’à rendre la pratique clandestine et dangereuse. En outre, ils oublient que parmi tous les fœtus avortés tous les mois figurent probablement des futurs tueurs en série, pédophiles ou génocidaires.

Enfin, traversons, comme à chaque rapport, l’Océan Atlantique pour jeter un coup d’œil sur ce qu’il se passe aux États-Unis. J’ai eu la surprise d’y découvrir un fait divers aussi ridicule qu’effarant. Dans ce pays où l’avortement est si mal vu que les « pro-life » (favorables à la vie) assassinent des médecins qui le pratiquent, la vie humaine n’a pas l’air si précieuse que ça. En effet, dans un cinéma de Floride, un retraité de police a tiré à bout portant sur un spectateur qui utilisait son téléphone portable pour envoyer un SMS avant même que le film Du sang et des larmes ne commence, et qui a osé lui envoyer des pop-corn. La victime, Chad Oulson, certes idiot, est mort sur le coup, touché au cœur. L’avocat du meurtrier a défendu son client Curtis Reeves en expliquant que « Toute sa vie il a protégé les gens contre des individus qui commettent des crimes. Il ne représente aucun danger pour la population ». Ah oui, en effet.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.




Commentaires



Écrivez un commentaire pour être parmi les premiers de votre espèce à communiquer avec un extra-terrestre.












Il n'y a pas de commentaires pour le moment