Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type







Erreur : Votre commentaire a été refusé.
03/03/2014
Sur le Pied de Guerre (Bis)

Les nouvelles ne sont pas bonnes, pas bonnes du tout. Non pas celles de la Terre, mais celles qui lui sont parvenues de son monde natal par le dernier message de sa hiérarchie. Une fois de plus, les Jaakens ont provoqué le gouvernement de Krantavis, et ce dernier s’est engagé sur une voie dont l’issue est plus qu’incertaine. Son peuple est prêt au combat, et une partie de lui voudrait être parmi les siens dans l’épreuve qui s’annonce. Une idée lui vient tout à coup. Si sa race entrait en contact avec les Terriens, combien d’années faudrait-il pour que ces derniers puissent les assister dans les guerres galactiques ? Il balaie cette pensée saugrenue d’un revers de main. Non, l’Accord de Töl-Bahak l’empêche de révéler quoi que ce soit sur sa technologie… Et pourtant, au vu de la propension des humains à guerroyer, ils se révéleraient des alliés formidables… Mais ces sombres nouvelles ne doivent pas l’empêcher de faire son travail à lui. Chacun sa manière de servir la patrie.

Vahrüt n°39. 24 Février 2014 au 2 Mars 2014. Calendrier Terrien.

Les yeux du monde entier sont toujours rivés sur l’Ukraine, les événements qui s’y déroulent représentent un véritable bouleversement dans la géopolitique mondiale. Tandis que le président Viktor Ianoukovitch, réfugié en Russie, est recherché pour « meurtre de masse » (après avoir tué une centaine de personnes, voilà un peuple qui a le sens des proportions), le pays s’est doté d’un nouveau gouvernement mené par le premier ministre Arseni Iatseniouk un proche de Ioulia Timochenko (le nouveau président est, comme dit la semaine passée, Olexandre Tourtchinov). Celui-ci est partiellement composé de civils issus de l’Eurorévolution, mais il déçoit malgré tout les insurgés de la première heure qui voient, dans cette nouvelle élite, des dirigeants pas moins corrompus que les précédents. Et pendant ce temps, la Crimée s’agite en faveur de son voisin oriental. Cette région du sud du pays, en grande majorité russe, n’a été cédée à l’Ukraine qu’en 1954 (à l’époque, les deux pays étaient unis dans l’Union Soviétique). On y considère toujours les manifestants de l’Euromaïdan comme des fascistes et néonazis (une vision alimentée par les médias russes), et deux aéroports ont notamment été occupés par des hommes armés. La région a un immense intérêt stratégique pour le président russe Vladimir Poutine : sa marine a une base navale à Sebastopol. D’une manière générale, le tsar des temps modernes a tout intérêt à garder l’Ukraine, sa « Petite Russie », dans son giron pour réaliser son ambitieux projet d’Union Eurasiatique. Samedi, la Douma, le Parlement russe, a autorisé une intervention armée, et voilà plusieurs jours qu’il a mis son armée en état d'alerte. N’oublions pas qu’il a peu envie de voir le virus démocratique se répandre sur ses terres. Pendant ce temps, les Etats-Unis de Barrack Obama se font relativement discrets et l’Union Européenne se contente de froncer les sourcils. Chez les terriens aussi, un conflit armé est à envisager dans les semaines qui viennent.

À des milliers de kilomètres de là, la France est plongée dans une nouvelle « affaire ». Celle-ci se nomme « l’affaire Copé » du nom de Jean-François Copé, président (à l’élection controversée) de l’Union pour un Mouvement Populaire (ou UMP). Le héraut de la « droite décomplexée », qui nourrit des ambitions présidentielles malgré sa côte de popularité désastreuse, est en effet mis en cause pour surfacturation. La révélation est venue du Point qui a titré « Sarkozy a-t-il été volé ? ». Au centre de l’attention : la société Bygmalion et sa filiale Event & Cie, spécialisées dans l’événementiel et dirigées par Bastien Millot, un très bon ami de M. Copé. C’est à cette entreprise qu’a été confié le soin de préparer les meetings de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Le souci, c’est que les prestations auraient été largement surévaluées : pour le meeting le moins cher (67 000€) à Ormes, dans le Loiret, on compte 17 445€ pour la vidéo et la diffusion, 15 000€ pour les sons et lumières, ou encore 1 712€ pour la connexion Internet. Voilà qui fait cher le tweet. Le maire de Meaux aurait ainsi utilisé les caisses du parti pour enrichir ses amis à hauteur de 8 millions d’euros... avant d’organiser l’année suivante plus tard une levée de fonds, le « Sarkothon », pour renflouer les caisses de l’UMP (11 millions d’euros) après que les comptes de campagne aient été invalidées par le Conseil Constitutionnel. Le principal intéressé n’a pour l’instant pas trouvé d’argument ultime pour récuser ces soupçons, mais il n’est certainement pas aidé par ses collaborateurs, comme ce proche de son rival François Fillon qui affirme que « tout le monde savait ». Et tout le monde s'est tu, donc.

Il y a un autre sujet que j’ai hésité à évoquer plus tôt, c’est le massacre qui a eu lieu à Kunming, en Chine. Si cette tragédie a fait 29 morts et 130 blessés, elle n’en passe pas moins en second plan en raison du peu d’informations dont on dispose pour l’heure. La scène s’est déroulée samedi 1er mars au soir : un commando armé de longs couteaux voire de sabres a fait irruption dans la gare de la capitale du Yunnan, région au sud-ouest du pays. Les témoins ont décrit des agresseurs vêtus de noir, certains masqués, qui tuaient rapidement et avec sang-froid. Quatre de ces meurtriers ont été abattus par la police, dont une femme. Une autre aurait été arrêtée. Si l’on ne sait toujours rien d’éventuelles revendications, les autorités chinoises ont déjà attribué cette attaque aux « séparatistes terroristes» ouïghours (à l’instar d’un autre massacre évoqué dans mon 7e rapport) Quand on sait que le Xinjiang, dont ce peuple est originaire, se trouve à 1 500 km de là, l’explication paraît quelque peu hâtive.

Parlons à présent d’Emmanuel Giboulot. Vu le nom, vous vous douterez aisément que nous sommes revenus dans l’Hexagone. Il s’agit d’un viticulteur bourguignon condamné au tribunal de Dijon pour avoir refusé de traiter ses plants avec des pesticides. Si la loi pouvait lui infliger jusqu’à 6 mois de prison et 30 000€ d’amende, il s’en est sorti avec 1 000€ dont la moitié en sursis. Le procès a été très médiatisé et les pétitions se sont multipliées en ligne pour soutenir ce français présenté comme un homme traité comme un criminel pour avoir refusé de polluer la planète en servant les intérêts des lobbys. Seulement voilà, sur Terre comme partout, le monde n’est pas juste blanc ou noir. L’homme se défend en demandant : « Est-ce qu’on va donner de la chimiothérapie à quelqu’un, en prévention d’un éventuel futur cancer ? », mais qu’en serait-il si ledit cancer pouvait se répandre sur tout le territoire en menaçant la santé des autres ? La flavescence dorée, dont la cicadelle, bête noire des cultivateurs, est à l’origine, est un fléau qui détruit les plantations et a causé des dégâts phénoménaux. Le choix se résume donc à polluer le sol ou risquer que l’épidémie s’installe dans le plant avant de contaminer les alentours, et notamment les terrains d’autres viticulteurs. L’affaire est tout de suite moins manichéenne… surtout quand la solution « bio » pour éradiquer la flavescence dorée – à savoir l’utilisation d’un gaz, la pyrethine – est encore plus nocive pour l’écosystème.

Enfin, vous allez probablement me dire que je fais une fixation sur l’homosexualité sur Terre, mais il faut dire que le sujet a rarement été autant abordé que dans cette époque. La communauté internationale s’est fortement émue d’une loi passée par l’Ouganda, un pays africain dirigé par Yoweri Museveni : si l’homosexualité était déjà condamnée par la prison à vie, elle est aujourd’hui encore plus réprimée. la « promotion » est à présent interdite (adieu, donc, les organisation de défense de minorités sexuelles), chacun a maintenant l’obligation de dénoncer les homosexuels dans leur entourage. Et dans un pays hautement homophobe, nul doute que les accusations vont fleurir. Un journal a même publié une liste contenant les noms de personnages publics qu’il estime homosexuels. Un autre en avait fait de même il y a quelques années en publiant les noms et adresses d’anonymes accompagnés de l’injonction « Pendez-les ». Sans surprise, certains y avaient obéi. Avec cette loi, l’Ouganda risque des sanctions, notamment de la part des États-Unis qui n’ont visiblement pas compris que forcer les pays à respecter les droits de l’homme, si nécessaires soient-ils, n’allait rien faire sinon pousser ses dirigeants à dénoncer une ingérence et un néocolonialisme et persévérer dans leur haine. Pourtant, si les États-Unis aiment donner des leçons, ils ne sont pas champions du gay-friendly. Certes, une part de plus en plus importante de la population, y compris croyante, soutient le mariage gay, mais en Arizona, le Parlement a voté une loi permettant aux commerçants de refuser de servir des clients gays en invoquant la « liberté religieuse», notamment les gâteaux de couples homosexuels désireux de se marier. L’initiative a fait scandale et la gouverneure – pourtant ultraconservatrice – Jan Brewer y a mis son véto. Nul doute qu’en France, un tel projet en tenterait plus d’un depuis la loi de l’an dernier.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.




Commentaires



Écrivez un commentaire pour être parmi les premiers de votre espèce à communiquer avec un extra-terrestre.












Il n'y a pas de commentaires pour le moment