Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type







Erreur : Votre commentaire a été refusé.
23/06/2014
Serial-Grévistes

Ils savent. Ils ont tout vu. Caché dans sa couverture, Glärb prend conscience du nombre d’erreurs qu’il a faites depuis son arrivée ici. La console de jeu qu’il a été prendre sur Terre pour jouer au lieu de travailler ; le faux dysfonctionnement pour aller essayer le ski sur les montagnes locales ; la chatte qu’il a amenée sur l’Indiscret et dont les réserves de nourriture s’épuisent à vue d’œil. S’il avait su que les caméras installées par sa hiérarchie filmeraient tout ! Il aura fallu attendre la réponse glaciale à son message de protestation pour le découvrir. L’observateur ne peut plus guère se plaindre de se voir affublé d’un acolyte, à présent que le secret de ses fautes éthiques a été découvert. Il finit toutefois par émerger de la couette, jetant un regard méfiant autour de lui. Mais où est donc cachée cette fichue caméra ? Son inspection minutieuse du vaisseau attendra : pour l’heure, c’est le rapport qui est prioritaire.

Vahrüt n°55. 16 Juin 2014 au 22 Juin 2014. Calendrier Terrien.

Voilà une semaine et demie que la France a renoué avec une de ses grandes traditions culturelles : la grève de la SNCF. Les cheminots sont opposés à la nouvelle loi ferroviaire censée régler la bicéphalie du secteur, partagée entre la Société nationale des chemins de fer français et le Réseau ferré de France. Sauf que si la SNCF deviendra l’unique employeur, elle n'en sera pas moins partagée en trois entités : SNCF, SNCF Réseau et SNCF Mobilités. Cette division, couplée à la menace imminente de la concurrence privée, a poussé les cheminots à lancer une grève qui en est, dimanche 22, à son douzième jour. Les usagers en sont les premiers pénalisés, notamment les très nombreux lycéens qui devaient prendre le train pour passer le baccalauréat. Mais si le trafic a été plus fluide ces derniers jours pour les particuliers, les entreprises françaises qui comptent sur le fret pour être approvisionnées restent en partie paralysées. Selon le chef de la SNCF, Guillaume Pépy – opposé à la grève – elle avait déjà coûté, vendredi 19, 160 millions d’euros.

Et comme une grève peut en cacher une autre, j’aborderai aussi le cas des intermittents du spectacle. Certes, ces derniers sont en colère depuis maintenant plusieurs mois, mais la grogne a monté d’un cran et menace d’importants festivals français. L’intermittence, ce n’est pas tant une profession ou un statut qu’un régime particulier : techniciens ou comédiens, ils travaillent sur des périodes courtes (parfois pour une journée) dans le cadre de spectacles, films, pièces de théâtre ou festivals, et de ce fait n’ont besoin que de travailler 507 en 10 mois pour pouvoir bénéficier d’allocations chômage pendant 8 mois. Le souci, c’est que pour un peu plus de 100 000 allocataires, le déficit de la caisse d’allocations est estimé par la Cour des comptes à un milliard (presque autant que le déficit du régime général, qui concerne deux millions de personnes). De ce fait, on les accuse souvent d’être des fraudeurs, des fainéants et surtout des privilégiés. C’est toutefois oublier que les fraudes se trouvent également du côté des employeurs, que de nombreuses heures (les répétitions, par exemple) ne sont pas comptabilisées, et que ce régime tant critiqué a été établi (en 1936) pour compenser un handicap en nombres de jours travaillés. L’accord signé par les syndicats (à l’exception de la CGT) le 22 mars a hérissé les intermittents, qui doivent cotiser 12,8% au lieu de 10,8%, ont un plafond d’indemnités, et ne voient toujours les répétitions comptées comme du travail. De ce fait, il y a fort à parier que le célèbre festival d’Avignon, consacré au théâtre, sera annulé comme en 2003, date de la réforme précédente.

Mais assez parlé de la France. De l’autre côté des Pyrénées, les humeurs étaient pour le moins partagées, jeudi 19. La passation de pouvoir entre le roi Juan Carlos Ier et son fils Felipe VI était assombrie par l’élimination au Brésil de l’équipe d’Espagne – championne du monde – par le Chili. Mais les sujets qui se sont rassemblés pour voir l’intronisation du nouveau roi, 39 ans, n’en étaient pas moins heureux d’embrasser du regard leur nouveau monarque. Moderne, et formé toute sa vie à prendre la place de son père (lequel s’est tenu à l’écart lors de la procession pour ne pas lui faire de l’ombre), le roi Felipe fait face à une multitude de défis : les scandales royaux, la morosité économique, les aspirations républicaines, l’indépendantisme catalan… Tout du moins a-t-il soigné son arrivée au pouvoir : crise oblige, celle-ci s’est faite de façon sobre, sans chefs d’État étrangers ou faste superflu.

Et pour rester dans le thème de la crise, volons vers un autre pays hispanophone : l’Argentine. Le pays présidé par la conservatrice Cristina Kirchner se trouve dans une situation peu enviable : à en croire le ministère de l’économie, il ne pourra pas payer la prochaine échéance de sa dette, fixée le 30 juin. Hanté par le fantôme de la faillite partielle de 2001, le pays sud-américain a en outre été condamné mercredi à verser 1,3 milliard de dollars à deux fonds spéculatifs basés aux États-Unis, et si d’autres fonds dans la même situation venaient à exiger leur part, ce seraient 15 milliards de dollars qui auraient à être payés. Le tout pour un pays dont la banque centrale ne dispose que de 28,5 milliards en réserve. Et si le pays se retrouve en cessation de paiement, nul doute que sa crédibilité en prendra un coup.

Finissons, enfin, par un peu de sport. Et de vocabulaire. Les deux, en fait. L’équipe de football américain de Washington a perdu un âpre combat cette semaine contre une équipe de cinq Amérindiens, qui avaient déposé un recours pour la débaptiser. En effet, les Redskins de Washington ne plaisent guère aux autochtones, qui voient dans le terme « Peaux-rouges » une « insulte raciste » lorsqu’elle est liée au sport. Le club de sport gardera toutefois son nom, mais celui-ci ne sera plus une marque protégée – étant également connue pour ses vêtements. Au risque de vous décevoir, ils n’ont pas la peau rouge vif. Les seuls véritables « Redskins » dont notre race a connaissance sont toujours nos voisins les Mohpaks, mais je doute qu’avec leur lenteur légendaire ils soient doués pour le sport.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.




Commentaires



Écrivez un commentaire pour être parmi les premiers de votre espèce à communiquer avec un extra-terrestre.












Il n'y a pas de commentaires pour le moment