Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type







Erreur : Votre commentaire a été refusé.
18/05/2015
Mieux Vaut en Rire

La routine a repris ses droits. Boglib, de retour à ses habitudes, poursuit son visionnage intensif d’obscurs dessins animés Terriens (« japonais », a-t-il précisé, sans que Glärb connaisse la moindre différence entre les dessins des différentes nations). L’aîné des deux observateurs, lui, vient de commencer la lourde tâche de traduire des classiques de la littérature terrienne dans la langue des Mwandishi. Il progresse plutôt bien, du moins lorsqu’il n’est pas interrompu par le devoir et la nécessité d’écrire un nouveau rapport.

Vahrüt n°91. 11 Mai 2015 au 17 Mai 2015. Calendrier Terrien.

Commençons par un échec, celui du coup d’État tenté au Burundi par le général Godefroid Niyombare. Cela faisait des semaines que la grogne montait, dans les rues de la capitale Bujumbura (avec, pour bilan, vingt-deux morts) : en cause, le souhait du président Pierre Nkurunziza (en poste depuis 9 ans) de briguer un troisième mandat. Mais voilà que lors d’un voyage du chef d’État à Dar es Salam, en Tanzanie, le général prend le contrôle du siège de la principale chaîne de télévision. Des combats ont alors éclaté entre la faction rebelle et celle restée loyale à Nkuzunziza. Et tandis que l’on pouvait s’attendre au même dénouement qu’au Burkina Faso (où Blaise Compaoré a été destitué avant d’avoir pu se faire élire à son troisième mandat, remplacé par un militaire puis par un civil), la tentative de putsch a finalement échoué, les rebelles se sont rendus et le général putschiste est introuvable. On ignore ce qu’il serait advenu du pays entre les mains du général Niyombare, mais il paraît à peu près certain que cette petite mésaventure va pousser le chef d’État à serrer la vis contre la contestation.

L’un des principaux succès dont se targue le président américain Barack Obama, à l’étranger, c’est bien l’élimination de l’homme le plus recherché de la planète. Le cerveau des attentats du 11 septembre, celui que l’administration Bush n’avait pas pu éliminer, il l'a fait. Seulement, le journaliste américain Seymour Hersch avance une autre explication dans la London Review of Books, moins glorieuse que la version officielle, pour expliquer la mort d’Oussama Ben Laden. Selon lui, le gouvernement américain aurait fait du chantage auprès du Pakistan pour que le pays leur livre Ben Laden, qu'ils avaient fait prisonnier. Le chantage aurait ainsi consisté en « Dites-nous tout ou bien on vous coupe les aides humanitaires ». Charmante méthode, qui se serait terminée par un faux raid sur la maison de l’ancien chef d’Al-Qaïda. Seymour Hersch est un habitué des enquêtes polémiques : il avait dévoilé les tortures de la prison d’Abu Ghraib et obtenu le prix Pulitzer en révélant le massacre de Mỹ Lai pendant la guerre du Vietnam. Mais des voix s’élèvent déjà contre sa théorie, et le journal Le Monde a notamment listé les points d’ombre de cette thèse du complot.

J’ai d’abord cru que c’était une sorte de blague, mais peut-être que non. Kim Jong-Un, le dictateur à la tête de la Corée du Nord, aurait exécuté son ministre de la Défense Hyon Yong-Chol en l’attachant à un missile sol-air. Cette mort serait comique si elle apparaissait dans un film caricatural et déjanté – elle aurait eu sa place dans The Interview – mais elle est plutôt glaçante si on s’imagine qu’elle s’est réellement passée. Et pire encore : si l’on en croit la version officielle (qui n’est pas la plus fiable), le général a été mis à mort pour son manque de respect, après s’être assoupi en pleine cérémonie militaire et osé répondre au « Juche » suprême du régime. On en rirait presque, si ce n’était pas à pleurer. Notons toutefois que l’information est à prendre avec des pincettes, puisqu’elle vient d’une agence de presse sud-coréenne (pas les meilleurs amis de leurs voisins du nord) qui elle-même la tient d'agents secrets sud-coréens.

En revanche, si c’est le rire que vous cherchez, jetez donc un coup d’œil à la formidable semaine de communication du chef de l’UMP et ancien président Nicolas Sarkozy. Celui-ci avait déjà fait rire beaucoup de monde lundi en déclarant « Je relisais ce magnifique livre de Victor Hugo, 1793 » en oubliant que le nom du roman était Quatre-vingt-treize tout court (à noter toutefois que les initiales NS n’apparaissent pas à la fin du tweet, laissant penser qu’il n’est pas l’auteur direct du tweet). J’ignore qui le lui a soufflé, mais il a alors eu l’idée de proposer un « live » en direct avec ses fans sur Twitter, demandant à ce que tous lui envoient leur question pour qu’il y réponde. Voilà le genre d’initiative dont les internautes humains sont friands, et il s’est retrouvé assailli de questions comme « Vu que Kadhafi est mort, Bygmalion en liquidation et Bettencourt sous curatelle, qui financera votre campagne en 2017 ? » ou « Selon vous qui est le mieux maquillé? Nadine Morano ou vos comptes de campagne? », à tel point que les militants de l’UMP ont été appelés en renfort pour lui poser de vraies questions. On déniche, au milieu de toutes ces réponses, une pique paternelle à son fils Louis désireux d’obtenir une nouvelle télévision ou encore un commentaire de tennis à Marion Bartoli. À noter que la question du maire de Venelles Robert Chardon sur l’interdiction du culte musulman est restée sans réponse.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.




Commentaires



Écrivez un commentaire pour être parmi les premiers de votre espèce à communiquer avec un extra-terrestre.












Il n'y a pas de commentaires pour le moment