Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type







Erreur : Votre commentaire a été refusé.
05/07/2015
Oxi ou Nai ?

Glärb a finalement eu sa réponse, et on ne peut pas dire qu’elle l’enchante. Avec l’épidémie d’oglebil qui se poursuit sur Krantavis, les tensions belliqueuses avec les voisins de sa race et l’embryon de crise économique qui agite les marchés Mwandishi, il semblerait que l’étude des Terriens ne soit plus une aussi grande priorité. Peut-être est-ce aussi parce qu’après deux ans, ses supérieurs ont une vision suffisamment claire de cette race nouvellement découverte pour se passer d’une partie de leurs services à Boglib et lui. Toujours est-il que les moyens alloués à sa mission sont drastiquement réduits, et puisque chaque envoi de rapport à plusieurs années-lumière de distance coûte excessivement cher, il a été décidé de bientôt réduire leur rythme d’envoi à un rapport par mois. Déçu, Glärb décide malgré tout de rédiger le rapport de cette semaine comme si de rien n’était.

Vahrüt n°97. 30 Juin 2015 au 5 Juillet 2015. Calendrier Terrien.

Son arrivée au pouvoir faisait trembler les créanciers ; à présent la Grèce d’Alexis Tsipras est face à un moment clé de son histoire. Toute la semaine, le monde et surtout l’Europe se sont tournés vers ce pays et son peuple, aujourd’hui appelé aux urnes pour un référendum. Environ 10 millions d’électeurs devaient se prononcer sur la question : « Faut-il accepter le plan d’accord soumis […] lors de l’Eurogroupe du 25 juin ? » En gros, les électeurs sont-ils d’accord avec les mesures d’austérité très rigoureuses imposés par ce qu’on appelle la « Troïka » ? (le trio composé par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international). C’était une semaine éprouvante pour les Grecs, qui se pressaient aux distributeurs et aux banques ou s’effondraient, en larmes, en découvrant qu’il ne leur restait rien. Le pays est au bord du précipice et on ignore encore si le vote va l’y plonger ou l’en sauver. Le Non (« Oxi ») l’a largement emporté face au Oui (« Nai »), avec environ 60% des voix. Pour le meilleur ou bien pour le pire ? En tout cas, c’est une victoire pour le Premier ministre et son parti Syriza, qui malgré les appels de nombreuses personnalités européennes, semble s’éloigner de l’euro et de l’Union européenne.

Il se passe rarement une semaine sans que l’État Islamique ne fasse parler de lui. Ces derniers jours, entre autres choses, Daech a revendiqué trois tirs de roquette sur le sud d’Israël. Cette attaque sans victime ni dégât matériel, qui a eu lieu vendredi après-midi, a été plus particulièrement réalisée par la branche égyptienne du groupe, depuis le Sinaï égyptien. Cette agression est surtout symbolique, car c’est la première fois que l’État Islamique s’en prend aussi clairement à l’État hébreu. Plus grave encore, le groupe a diffusé plus tard une vidéo d’exécution massive à Palmyre, la ville antique qu’ils ont réussi à prendre le 21 mai. Vingt-cinq soldats syriens aux ordres de Bachar El-Assad y sont exécutés par des adolescents. La vidéo, tout comme les réactions qu’elle suscite, sert l’intérêt de la propagande du groupe. Maintenant que j’y pense, peut-être devrais-je cesser de parler de ces Terriens-là…

J’aimerais penser qu’il s’agit-là d’un sujet un peu plus léger, mais au vu du tollé que ce sujet soulève, c’est à se demander s’il n’est pas plus grave encore. En effet, le président du groupe Bolloré Vincent Bolloré prévoit une refonte de la chaîne Canal+, qu’il possède. Il aurait ainsi fait part de son intention de supprimer l’émission « Les Guignols de l’Info », qui depuis 1988 moque le monde politique (entre autres choses). Une certaine idée de la satire, associée à « l’esprit Canal » que d’aucuns jugent aujourd’hui disparu. Les marionnettes de l’émission ont bénéficié d’un immense soutien, autant de la part de simples citoyens que des hommes politiques qui font office de cibles de choix. L’ancien directeur de Canal+ Pierre Lescure a démissionné de l’agence Havas et on va jusqu’à soupçonner Vincent Bolloré de suivre les directives de Nicolas Sarkozy, particulièrement critiqué. Beaucoup trouvaient pourtant que la qualité de l’émission baissait depuis plusieurs années. Une émission peut-elle survivre après 27 ans d’antenne ? Aussi légitimes que soient la colère et la peine suscitées par la possible suppression d’un monument de la caricature politique, difficile de ne pas trouver exagérée cette immense levée de boucliers.

Autre continent, autre polémique. Aux États-Unis, c’est le #Guacamolegate qui agite le web. En cause, un conseil culinaire du journal New York Times, que n’ont pas apprécié les amateurs de guacamole. Quelle idée, aussi, de proposer de mettre des petits poids dans cette recette à base d’avocats. « Faites-nous confiance », a assuré le journal, mais l’infâme recette a pourtant fait réagir jusqu’au président Barack Obama, qui s’est fendu d’un tweet sur le sujet : « Je ne veux pas manquer de respect au New York Times, mais le guacamole, c'est avec des oignons, de l'ail et du piment ». Les Républicains ne sont pas en reste : Jeb Bush, frère du précédent président et sérieux candidat pour les présidentielles de 2017, a également réagi sur Twitter : « On ne met pas de petits pois dans le guacamole. » Les humains sont bizarres.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.




Commentaires



Écrivez un commentaire pour être parmi les premiers de votre espèce à communiquer avec un extra-terrestre.












Il n'y a pas de commentaires pour le moment