Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type






Juin 2015

09/06/2015
Du Foot et du Refoot

Glärb n’est pas le seul à avancer dans son projet titanesque. Pendant que l’aîné des observateurs s’attèle à traduire de très nombreux livres terriens, son congénère Boglib fait de même pour les films. C’est au terme d’un effort long de trois jours et deux nuits que ce dernier a achevé son adaptation en Mwandishi des sous-titres du Seigneur des Anneaux. Encore une saga que sa race, à la culture complètement différente, va sans doute peiner à comprendre. Déjà qu’il est difficile pour certains sur la planète Krantavis de séparer fiction et réalité, ce type d’histoires va surtout fausser leur image des Terriens. Mais Glärb a lui aussi des projets à réaliser, et en tête de liste figure son rapport hebdomadaire.

Vahrüt n°94. 1er Juin 2015 au 7 Juin 2015. Calendrier Terrien.

On ne s’arrête jamais de parler football, sur cette planète, et vous voyez que mes rapports n’y échappent pas. Tout d’abord, les mésaventures de la Fifa se poursuivent : je vous apprenais la semaine dernière que Sepp Blatter avait été, en plein scandale de corruption, démis de ses fonctions puis réélu quelques jours après suite à une élection. Eh bien son cinquième mandat n’a pas duré bien longtemps, puisque le Suisse, président de la Fédération Internationale de Football Fédération, a démissionné mardi. Il faut dire, aussi, que l’organisation mondiale n’est pas au bout de ses peines. On a par exemple appris par la BBC que le Trinidadien Jack Warner, ancien vice-président, aurait détourné environ 1,6 millions de dollars versés aux Caraïbes par l’Afrique du Sud par l’intermédiaire de la Fifa. Autre révélation qui fait mal : en 2010, la France s’est qualifiée à la Coupe du Monde en Afrique du Sud sur une main du joueur Thierry Henry face à l’Irlande. La faute, aux allures d’incident diplomatique, avait alors fait grand bruit. On apprend maintenant que la Fifa avait grassement payé l’Irlande pour qu’elle lâche l’affaire. Un procédé extrêmement fair-play.

Cap sur les États-Unis, maintenant. Depuis sa construction, en 1845, personne ne s’était échappé des cellules haute-sécurité de la prison de Dannemora, dans l’État de New York. Personne, jusqu’à dimanche 7 juin. Richard Matt avait écopé de 25 ans de prison pour l’enlèvement et le meurtre d’un homme ; et David Sweat la prison à vie pour le meurtre d’un chérif adjoint. Tous deux avaient été placés dans des cellules haute-sécurité. Sauf que dans la nuit du samedi à dimanche, ils ont fait croire à leurs surveillants qu’ils dormaient en laissant des couches de vêtement sous leur couette. Alors qu’en réalité, ils s’étaient déjà enfuis à travers un tunnel qu’ils avaient creusé. Les deux hommes, signalés comme dangereux, sont activement recherchés, entre autres par 200 policiers soutenus par le SWAT ainsi que des hélicoptères. Ils avaient tout de même eu la bonne idée de laisser dans leur cellule un post-it : « Passez une bonne journée ».

Revenons à une polémique, mais d’un tout autre genre, cette fois-ci en Israël. En effet, ce n’est un secret pour personne : les colonies israéliennes installées dans les territoires palestiniens (le plus souvent de manière illégale) n’ont pas la côte hors d’Israël. Et les entreprises qui y sont mêlées d’un peu trop près sont même frappées de boycott dans certains pays. Rien de surprenant, donc, à ce que les entreprises étrangères installés en Israël et qui y sont liées font l’objet de dures pression de la part du public. C’est pour cette raison que le géant français Orange prévoit de se retirer de l’État hébreu. Il y était associé à l’opérateur de téléphonie autochtone Partner, qui équipait les colonies. La décision de Stéphane Richard de se séparer de ce partenaire encombrant et de quitter Israël a suscité autant de réactions positives que négatives, et en Israël, ces dernières ont été particulièrement virulentes. Dans les magasins de Partner, les employés ont fait grève en brandissant des drapeaux ornés de la croix de David bleue. C’était, du moins, jusqu’à ce que le PDG change d’avis, samedi, pour éteindre la polémique. « Orange est présent en Israël pour y rester », a-t-il déclaré, tout en assurant que la date limite de la licence liant l’entreprise à Partner avait été prolongée jusqu’au 31 mars 2025.

Enfin, de nouveau du football. Samedi 6 juin a démarré la Coupe du Monde de Football Féminine. Un événement qui aurait semblé négligeable, il y a encore quelques années… sauf que nous sommes, sur Terre, en 2015, et qu’il se trouve un public de plus en plus large pour le football féminin. La Coupe du Monde, cette année, a lieu au Canada et parmi les équipes les plus en vue se trouvent l’Allemagne, les États-Unis, le Japon ou encore le Brésil, ainsi que la France qui fait figure d’outsider. Mais si l’événement est novateur, il ne signifie pas pour autant que le sexisme a disparu du sport. Au contraire, il ne suffit pas d’être une excellente joueuse pour avoir du succès dans les sports féminins : il faut aussi être jeune, jolie et sexy – ce dont n’ont pas à se préoccuper leurs homologues masculins. Pire : lorsqu’une joueuse joue trop bien, on la suspecte d’être un homme. Voire d’être un homme à son insu, puisque si elle a un taux de testostérone trop élevé pour son sexe, il lui faut impérativement prendre des médicaments chimiques aux effets secondaires désastreux. Au moins, il y a trente ans, les « tests de féminité » ne consistaient qu’à se déshabiller devant un jury pour qu’ils puissent déterminer si l’on était femme ou homme. C’était humiliant, mais simple. Non ?

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.


22/06/2015
Absence en Douce

Tout entier occupé à sa traduction de livres, Glärb s’est aperçu avec quatre jours de retard qu’il avait complètement oublié le rapport qu’il lui fallait écrire. Et ce n’est pas Boglib, concentré sur son sous-titrage de films Terriens, qui aurait pu le lui rappeler. Honteux, l’observateur Mwandishi a toutefois eu la surprise de ne voir aucun message de sa hiérarchie. Dans un élan de ruse, il a ainsi choisi d’attendre le vahrüt suivant et de faire comme si de rien n’était – le rapport aurait pu se perdre dans l’espace, après tout. D’autant plus que les images des caméras, ses supérieurs l’ont vu travailler sans relâche. Ce n’est toutefois pas sans une certaine inquiétude que l’extraterrestre se met au boulot.

Vahrüt n°95. 15 Juin 2015 au 21 Juin 2015. Calendrier Terrien.

Il me semblait bien que dans la longue lignée de tragédies qui ont déjà noirci l’année 2015, il ne figurait encore aucune tuerie aux États-Unis. C’est chose faite, après la fusillade de l’église de Charleston, en Caroline du Sud. Neuf fidèles sont morts dans ce lieu de culte où se rassemblaient des chrétiens noirs. Le coupable est un blanc de 21 ans défendant une idéologie mortifère et vieille de quelques siècles. Dylan Roof est un suprématiste blanc, persuadé qu’une guerre de races est sur le point d’éclater – et avouant d’ailleurs avoir agi pour la déclencher. Sur son site Internet, on trouve des photos de lui s’exhibant, une arme dans une main, un drapeau confédéré dans l’autre – il s’agit du drapeau des États du Sud pendant la guerre civile, connoté en faveur de l’esclavage. Les proches de plusieurs victimes avaient fait parler d’elles en déclarant publiquement qu’elles pardonnaient à l’auteur du crime. À noter que si ce dernier s’était appelé Ali plutôt que Dylan, on n’aurait pas d’abord parlé de fusillade, mais toute de suite d’attentat terroriste.

Est-ce parce que l’UMP se nomme désormais Les Républicains que le gouvernement de Manuel Valls ne semble plus croire en les vertus du Parlement républicain ? Pourquoi, autrement, le Premier ministre aurait-il à nouveau engagé sa responsabilité en recourant mardi à l’article 49-3 de la Constitution ? Voilà deux questions rhétoriques qui ne servent que le style : en réalité, le chef du gouvernement sait bien qu’entre les partis d’opposition et les députés frondeurs de son propre camp, le passage en nouvelle lecture de la loi Macron aurait été compliqué. Après être passé par le Sénat, le projet de loi y repasse donc sans le moindre débat. Un petit coup de forcing qui a amené l’opposition – même si les parlementaires du centre et d’une partie de la droite sont d’accord sur le fond avec les réformes – à proposer une motion de censure. Elle a été votée jeudi, et en cas de majorité, le gouvernement serait tombé… mais comme tous s’y attendaient, y compris les premiers concernés, elle a été rejetée. Après tout, c’était juste pour la forme.

Et puisqu’on parle du législatif, des élections viennent d’avoir lieu au Danemark, et une fois n’est pas coutume, c’est le Parti du peuple danois, d’extrême-droite, qui a volé la vedette aux autres formations en réalisant un score de 21,1% des voix, devant le parti de la droite libéral Venstre. C’est moins que les 26,3% du parti social-démocrate de la Première ministre actuelle Helle Thorning-Schmidt, mais en cumulant les voix de chaque bloc, le bloc droite a gagné 90 sièges contre 85 pour le bloc de gauche. C’est donc au chef de Venstre, Lars Lokke Rasmussen, que revient la charge de former un nouveau gouvernement qui comprendra deux, trois ou quatre partis, et dans lequel le parti d’extrême-droite sera sûrement appelé à jouer un rôle. Son leader, Kristian Thulesen Dahl, pourrait même en devenir le ministre des Finances. Il a d’ores et déjà énoncé les quatre points qu’il juge indispensables : réformer la politique d’immigration et d’asile, soutenir le Royaume-Uni pour changer l’Union Européenne, réintroduire le contrôle aux frontières et s’assurer que le développement économique soit au service de l’État-providence pour aider les malades et les personnes âgées. Aux élections européennes, déjà, le Parti du peuple danois était, avec le Front National en France et l’UKIP au Royaume-Uni, l’un des partis arrivés vainqueurs.

Enfin, cette semaine, la torture a commencé pour des milliers de lycéens dans toute la France. Une vaste torture organisée, si l’on en croit les réseaux sociaux suite à chacune des épreuves du baccalauréat. Les épreuves du concours sont, chose surprenante, difficiles, se sont aperçus certains : en témoigne une pétition qui circule sur Internet et déjà signée par 12 000 lycéens. En effet, l’une des questions de l’épreuve d’anglais utilisait des mots que les lycéens jugent réservés aux bilingues : « What are his concerns » et « How does he cope with the situation ». Le premier réflexe de l’un d’entre eux, au sortir de l’épreuve, a donc été de réclamer l’annulation de cette question. Quelque chose me dit que les milliers de jeunes qui l’ont suivi avaient tout intérêt à ce que ces points ne comptent pas.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.


29/06/2015
Brusque Retour en Barbarie

Glärb ne sait s’il doit se sentir soulagé ou énervé par l’attitude de ses supérieurs. Sans doute le vide d’une semaine a dû être remarqué, mais c’est à croire que sa hiérarchie ne s’en est pas aperçue. Le message qu’il a reçu en réponse à son dernier rapport est le même que les précédents, comme s’il s’agissait d’une réponse automatique. Désireux de voir plus clair dans cette étrange affaire, l’observateur a pris soin d’envoyer un message contenant plusieurs questions – d’apparence anodine – à ses congénères Mwandishis. Des questions auxquelles ne pourra pas répondre un message automatique. « Alea jacta est », comme disent les Terriens. Il s’attèle alors à la rédaction de son nouveau rapport.

Vahrüt n°96. 22 Juin 2015 au 29 Juin 2015. Calendrier Terrien.

Encore une éprouvante semaine qui s’achève. Ou plutôt, une éprouvante fin de semaine, car toutes les horreurs ont tenu en une seule journée, vendredi : pas moins quatre attentats dans le monde, près d’un an après la proclamation du califat de l’État Islamique. Elle avait déjà mal commencé lorsqu’à St-Quentin-Fallavier, près de Lyon, un homme a lancé sa voiture à pleine vitesse sur le hangar de l’usine chimique où il effectuait des livraisons. L’explosion a été plus faible que prévu, et il a été arrêté peu de temps après en tentant d’en provoquer une seconde, plus puissante. Le corps décapité de son employeur gisait non-loin de la scène. Mais le pire attentat a eu lieu en Tunisie, sur la plage d’un hôtel de luxe. Un djihadiste y a fait feu à la kalachnikov, tuant 38 touristes, principalement des britanniques. Il a été abattu peu après par la police. Sans parler du Koweït, où un Saoudien a tué 26 personnes et blessé 227 dans une mosquée chiite ; ou encore la Somalie où les Chabab ont tué des dizaines de soldats sur une base de l’Union Africaine. Quant à l’Angleterre, elle aurait pu être frappée elle aussi si un attentat n’avait pas été déjoué… par un journaliste. Du moins, à en croire le Sun, journal tabloïd à la crédibilité douteuse. Son journaliste, infiltré dans l’État Islamique, aurait reçu pour mission de faire exploser une bombe à l’occasion de l’« Armed Forces Day ».

Je doute que cette nouvelle puisse contrebalancer l’accumulation de tragédies, mais au moins est-elle un peu plus positive. Enfin, tout dépend du point de vue que l’on prend : la Cour Suprême des États-Unis vient de légaliser le mariage gay dans tous les États américains. Certains s’en étaient déjà occupés plus tôt, le Massachussetts d’abord en 2003, ou plus récemment l’Alabama en janvier dernier. Cette décision surpasse ainsi tous les efforts des États conservateurs (il en restait 14 sur les 50) pour interdire le mariage ou conserver cet interdit vieux d’une vingtaine d’années. Il faut dire que l’opinion publique a beaucoup changé vis-à-vis du mariage homosexuel, ces dernières années : ils étaient 27% à se déclarer en sa faveur en 1996, tandis qu’aujourd’hui ils sont 60%. Sans surprise, c’est dans les milieux très religieux que cette opposition est la plus forte, mais elle semble amenée à s’éroder un peu plus dans les années qui viennent.

Mais les États-Unis ont aussi fait la Une pour de biens mauvaises raisons, cette semaine. En effet, le site Wikileaks a révélé que la désormais célèbre NSA, agence d’espionnage, avait épié de 2006 à 2012 les trois derniers présidents français : Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. On peut éventuellement comprendre que Chirac ait été espionné après son refus de suivre les États-Unis en Irak, mais Sarkozy et Hollande sont de fervents alliés des Américains. Pas de quoi s'en étonner outre-mesure, puisque c’est ainsi que fonctionne l’espionnage. D’autant plus que les rapports ainsi révélés ne dévoilent aucun secret d’état, mais se contentent d’observer la politique française à travers l’Élysée : on apprend ainsi que Chirac a poussé son candidat pour le poste de sous-secrétaire adjoint des Nations unies ou que Sarkozy se voyait comme le seul homme capable de résoudre la crise financière de 2008. De toute manière, la France n’a d’ailleurs pas de leçons à donner en la matière.

Enfin, finissons comme à l’accoutumée sur une note plus… triviale. Les humains ont pu entendre parler cette semaine d’un agneau-méduses. Cet animal hybride, un petit agneau nommé Rubis, a été créé par des scientifiques de l’Institut national de recherche agronomique avec une protéine de méduse dans son organisme. Mais si le programme « Mouton vert » a été lancé en 2009, ce n’est pas (seulement) pour que l’on puisse s’amuser à l’imaginer nageant et bêlant sous l’eau, mais surtout pour lui attribuer une propriété qui les intéressait. En effet, cet agneau-méduse était phosphorescent. L’idée était de s’en servir pour étudier les greffes dans le cadre d’insuffisances cardiaques. Du moins, jusqu’à ce que les créatures finisse par mégarde à l’abattoir à la mi-2014, au milieu d’agneaux « normaux ». Elle a donc été vendue et mangée par un inconnu, qui depuis a probablement développé toute une panoplie de superpouvoirs.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.


05/07/2015
Oxi ou Nai ?

Glärb a finalement eu sa réponse, et on ne peut pas dire qu’elle l’enchante. Avec l’épidémie d’oglebil qui se poursuit sur Krantavis, les tensions belliqueuses avec les voisins de sa race et l’embryon de crise économique qui agite les marchés Mwandishi, il semblerait que l’étude des Terriens ne soit plus une aussi grande priorité. Peut-être est-ce aussi parce qu’après deux ans, ses supérieurs ont une vision suffisamment claire de cette race nouvellement découverte pour se passer d’une partie de leurs services à Boglib et lui. Toujours est-il que les moyens alloués à sa mission sont drastiquement réduits, et puisque chaque envoi de rapport à plusieurs années-lumière de distance coûte excessivement cher, il a été décidé de bientôt réduire leur rythme d’envoi à un rapport par mois. Déçu, Glärb décide malgré tout de rédiger le rapport de cette semaine comme si de rien n’était.

Vahrüt n°97. 30 Juin 2015 au 5 Juillet 2015. Calendrier Terrien.

Son arrivée au pouvoir faisait trembler les créanciers ; à présent la Grèce d’Alexis Tsipras est face à un moment clé de son histoire. Toute la semaine, le monde et surtout l’Europe se sont tournés vers ce pays et son peuple, aujourd’hui appelé aux urnes pour un référendum. Environ 10 millions d’électeurs devaient se prononcer sur la question : « Faut-il accepter le plan d’accord soumis […] lors de l’Eurogroupe du 25 juin ? » En gros, les électeurs sont-ils d’accord avec les mesures d’austérité très rigoureuses imposés par ce qu’on appelle la « Troïka » ? (le trio composé par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international). C’était une semaine éprouvante pour les Grecs, qui se pressaient aux distributeurs et aux banques ou s’effondraient, en larmes, en découvrant qu’il ne leur restait rien. Le pays est au bord du précipice et on ignore encore si le vote va l’y plonger ou l’en sauver. Le Non (« Oxi ») l’a largement emporté face au Oui (« Nai »), avec environ 60% des voix. Pour le meilleur ou bien pour le pire ? En tout cas, c’est une victoire pour le Premier ministre et son parti Syriza, qui malgré les appels de nombreuses personnalités européennes, semble s’éloigner de l’euro et de l’Union européenne.

Il se passe rarement une semaine sans que l’État Islamique ne fasse parler de lui. Ces derniers jours, entre autres choses, Daech a revendiqué trois tirs de roquette sur le sud d’Israël. Cette attaque sans victime ni dégât matériel, qui a eu lieu vendredi après-midi, a été plus particulièrement réalisée par la branche égyptienne du groupe, depuis le Sinaï égyptien. Cette agression est surtout symbolique, car c’est la première fois que l’État Islamique s’en prend aussi clairement à l’État hébreu. Plus grave encore, le groupe a diffusé plus tard une vidéo d’exécution massive à Palmyre, la ville antique qu’ils ont réussi à prendre le 21 mai. Vingt-cinq soldats syriens aux ordres de Bachar El-Assad y sont exécutés par des adolescents. La vidéo, tout comme les réactions qu’elle suscite, sert l’intérêt de la propagande du groupe. Maintenant que j’y pense, peut-être devrais-je cesser de parler de ces Terriens-là…

J’aimerais penser qu’il s’agit-là d’un sujet un peu plus léger, mais au vu du tollé que ce sujet soulève, c’est à se demander s’il n’est pas plus grave encore. En effet, le président du groupe Bolloré Vincent Bolloré prévoit une refonte de la chaîne Canal+, qu’il possède. Il aurait ainsi fait part de son intention de supprimer l’émission « Les Guignols de l’Info », qui depuis 1988 moque le monde politique (entre autres choses). Une certaine idée de la satire, associée à « l’esprit Canal » que d’aucuns jugent aujourd’hui disparu. Les marionnettes de l’émission ont bénéficié d’un immense soutien, autant de la part de simples citoyens que des hommes politiques qui font office de cibles de choix. L’ancien directeur de Canal+ Pierre Lescure a démissionné de l’agence Havas et on va jusqu’à soupçonner Vincent Bolloré de suivre les directives de Nicolas Sarkozy, particulièrement critiqué. Beaucoup trouvaient pourtant que la qualité de l’émission baissait depuis plusieurs années. Une émission peut-elle survivre après 27 ans d’antenne ? Aussi légitimes que soient la colère et la peine suscitées par la possible suppression d’un monument de la caricature politique, difficile de ne pas trouver exagérée cette immense levée de boucliers.

Autre continent, autre polémique. Aux États-Unis, c’est le #Guacamolegate qui agite le web. En cause, un conseil culinaire du journal New York Times, que n’ont pas apprécié les amateurs de guacamole. Quelle idée, aussi, de proposer de mettre des petits poids dans cette recette à base d’avocats. « Faites-nous confiance », a assuré le journal, mais l’infâme recette a pourtant fait réagir jusqu’au président Barack Obama, qui s’est fendu d’un tweet sur le sujet : « Je ne veux pas manquer de respect au New York Times, mais le guacamole, c'est avec des oignons, de l'ail et du piment ». Les Républicains ne sont pas en reste : Jeb Bush, frère du précédent président et sérieux candidat pour les présidentielles de 2017, a également réagi sur Twitter : « On ne met pas de petits pois dans le guacamole. » Les humains sont bizarres.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.