Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type






Mars 2015

09/03/2015
Obscurantisme Toujours

Lorsque Boglib a proposé à Glärb de regarder un nouveau film en sa compagnie, l’aîné des deux observateurs s’est surpris à longuement hésiter : toutes les œuvres de du septième art Terrien sont-elles toutes aussi tristes que le dessin animé qu’il a regardé au dernier vahrüt. Malgré tout, et parce que cette invitation lui réchauffait le cœur, le Mwandishi a fini par accepter et son cadet a lancé un étrange film qui parlait de chevaliers, d'hirondelles, de catapultes lançant des vaches, de lapins tueurs et d’une espèce de calice qu’on recherche sans trop savoir pourquoi. Oubliées, les larmes qui l’ont agité à son dernier rapport. C’est dans une bien meilleure humeur que Glärb se met au travail, cette fois-ci.

Vahrüt n°81. 2 Mars 2015 au 8 Mars 2015. Calendrier Terrien.

Une nouvelle semaine, un nouvel attentat. C’est à croire que nous allons finir par nous y habituer. Si celui-ci, qui n’a pas eu lieu sur le sol européen, a intéressé l’Hexagone (les fréquents attentats au Moyen-Orient, même dans ces rapports, restent peu abordés) c’est parce qu’il est intimement lié à la France. En effet, c’est dans le bar La Terrasse de Bamako, au Mali, que cinq personnes ont été assassinées dans la nuit du 6 au 7 mars. Parmi les victimes se trouvent trois Maliens (dont un policier ayant tenté de s’interposer), un Belge et un Français. Une telle attaque était malheureusement prévisible : si ce bar apprécié par les expatriés a été pris pour cible, c’est bien à cause de l’Opération Serval, l’intervention de la France au Mali. L’attentat a d’ailleurs été revendiqué par le groupe terroriste Al-Murabitoune, que dirige Mokhtar Belmokhtar, un chef jihadiste algérien connu pour avoir été le cerveau de la prise d’otage d’In Amenas, en Algérie en janvier 2013.

Toujours chez les islamistes et toujours en Afrique, le chef de Boko Haram Abubakar Shekau a surpris le monde entier en prêtant allégeance dans une vidéo à l’État Islamique. Pourtant, ces deux groupes terroristes ne semblaient pas si similaires : au Nigéria, Boko Haram apparaît davantage comme une secte où cohabitent islam radical et sorcellerie vaudou, et dont le chef illuminé est un fervent consommateur de drogues dures. En tout cas, les deux groupes sont aussi violents l’un que l’autre, et comme le disent les humains peu inspirés, « qui se ressemble s’assemble ». Mis à mal par les armées africaines, le groupe nigérian est peut-être en train de tirer l’une de ses dernières cartes en espérant un soutien allié. En Irak, sur le territoire qu’il contrôle, l’État Islamique a quant à lui entrepris de détruire toute trace de culture datant d’avant l’islam. Ainsi, après avoir saccagé dans une vidéo les antiquités assyriennes d’un musée de Mossoul, Daech a entrepris d’anéantir les ruines antiques de Nimroud, puis celles de Hatra, toujours en Iraq. Ces actes rappellent l’incendie des bibliothèques de Tombouctou au Mali en 2013 ou la destruction des bouddhas de Bâmiyân par les talibans afghans en 2001. Des obscurantistes obsédés par le passé qui cherchent à détruire un passé encore plus lointain… on n’est plus à un paradoxe près.

Mais attardons-nous rapidement sur la France, à présent, où l’actualité a été marquée par une mise en examen médiatique. En effet, après trente heures de garde à vue, l’ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant semble rattrapé par la justice. Il faut dire qu'il traîne derrière lui de multiples affaires : l’affaire Tapie-Lagarde, de mystérieuses primes en liquide, le financement suspect de la campagne de l’UMP de 2007, les emplois fictifs, le contrat Ecomouv’, la vente de tableaux et une autre toile offerte par le président ivoirien qu’il garde pour lui. En l’occurrence, il a été mis en examen pour « faux » et « blanchiment de fraude fiscale en bande organisée » pour un virement suspect de 500 000 euros exécuté depuis l’étranger. L’intéressé assure qu’il s’agit du résultat de la vente de deux tableaux, mais la justice soupçonne un lien avec le financement de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy.

Enfin, finissons sur la principale actualité du dimanche 8 mars : la Journée internationale de la femme. Avant que vous le demandiez, il n’y a pas de Journée internationale de l’homme, car ce jour est censé servir à exposer les problèmes auxquels sont toujours soumises les Terriennes : salaires inégaux ou plafonds de verre dans les pays dits développés, et je ne parlerai pas de ce qu’elles endurent dans les contrées moins riches. Dans les faits, cela dit, il s’agit surtout pour toutes les entreprises de lancer une campagne promotionnelle en rose pour cibler les filles avec des produits de filles ; ou pour les médias d’organiser des émissions 100% filles, où ça parle de trucs de filles. Pour voir émerger de vraies initiatives, il n’y avait nul besoin d’attendre le week-end : à Kaboul, en Afghanistan, de nombreux hommes membres de l’association pacifiques ont manifesté jeudi en burqa pour protester contre les conditions de la femme dans leur pays. Une marche dans laquelle ils ont risqué leur vie. À quelques milliers de kilomètres de là, l’un des Indiens coupables dans la retentissante affaire du viol de New Delhi en décembre 2012 s'exprimait depuis sa prison dans une interview. Il y expliquait, sans le moindre remords pour son crime, qu'une femme se promenant (même avec son petit ami) après 22 heures et qui ne se laisse pas faire mérite manifestement d'être violée et assassinée. Il va falloir beaucoup de 8 mars pour voir un jour les humains et les humaines sur un pied d’égalité.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.


16/03/2015
Catastrophe Humaine, Catastrophe Naturelle

Ce matin, il a fallu à Boglib un effort surhumain pour sortir Glärb d’en dessous de sa couette – ce qui tombe plutôt bien car Boglib n’est pas humain. Peut-être était-ce une piètre idée, se dit-il à sa quatrième tentative, de l’inviter à visionner le film terrien « Alien ». Son aîné est depuis persuadé que l’Indiscret est infesté de terrifiants Xénomorphes. Pour l’heure, leur vaisseau est sauf, mais si l’observateur vétéran persiste à se cacher de la sorte, il pourrait bientôt être infesté de messages furieux de leur hiérarchie. Et c’est cet argument-là qui finit par vaincre l’effroi infondé du Mwandishi et le contraindre à se mettre au travail.

Vahrüt n°82. 9 Mars 2015 au 15 Mars 2015. Calendrier Terrien.

On n’échappe vraiment jamais à ces sujets macabres. Combien de fois ai-je ouvert mon rapport sur une mort ? Cette fois-ci, cette-ci a d’autant plus eu de retentissement qu’elle a fauché brutalement des sportifs dans la fleur de l’âge, dans le cadre du tournage d’une émission télévisée. Le programme de télé-réalité « Dropped » de TF1 visait à pousser des sportifs de haut niveau à se surpasser pour le spectacle. Un concept charmeur pour lesdits athlètes qui peuvent être tentés par le défi physique, la médiatisation (surtout sous les pressions de sponsors) ou tout simplement l’argent. Un concept finalement fatal pour dix personnes : la navigatrice Florence Arthaud, la nageuse Camille Muffat, le boxeur Alexis Vastine, cinq membres de l’équipe Adventure Line Productions et deux pilotes argentins. Tous sont décédés lundi dans un accident d’hélicoptère en Argentine, entre les épreuves : deux des appareils sont entrés en collision, une erreur humaine selon les autorités provinciales.Une enquête a été ouverte au parquet de Paris pour « homicides involontaires ». Le patineur Philippe Candeloro et le nageur Alain Bernard, qui figuraient également parmi les participants, sont rentrés en France samedi.

Pendant ce temps, le compteur des décès s’égrenait également en Océanie. L’archipel de Vanuatu a été frappé vendredi par le cyclone Pam, de catégorie 5 (320 km/h), l’un des plus puissants répertoriés dans l’océan Pacifique. Le bilan, de plusieurs dizaines de morts, est certes loin des ravages causés par Haiyan aux Philippines en 2013, mais les dégâts matériels sont considérables. Maisons arrachées, eau, électricités et communications coupées, la situation a poussé Baldwin Lonsdale, le président de Vanuatu, à en appeler à l’aide internationale après avoir décrété l’état d’urgence et accusé le réchauffement climatique. La principale difficulté pour soutenir la population sinistrée vient du nombre d’îles que compte l’archipel, 83, dont certaines sont très difficiles d’accès. Aussi, pour réparer les infrastructures et secourir les blessés, le soutien de la communauté international n’est manifestement pas de trop.

Retour en France, à présent. Le dimanche 15 était annoncé par les professionnels de la santé comme un jour phare dans leur lutte contre la réforme qui les touche. En effet, dans deux jours, la nouvelle loi souhaitée par la ministre Marisol Touraine sera discutée à l’Assemblée. Entre autres choses, le principal objet de mécontentement est sa mesure phare, la généralisation du tiers payant à partir de 2017 voire juillet 2016 pour les français complètement pris en charge par l’Assurance-maladie : la pratique consiste à faire payer un organisme tiers pour ses soins. Un procédé que de nombreux médecins, pharmaciens et infirmiers associent à la fin du secteur privé et à la médecine libérale. Ils étaient 20 000 à manifester à Paris pour exprimer leur refus de la réforme. Cela dit, il existe un autre motif à la grève générale : les élections professionnelles auront lieu en fin d’année, et à en croire un syndicaliste cité par Le Monde, ce sont généralement les plus farouches opposants aux réformes impopulaires qui gagnent.

Un peu plus au Sud, le charmant maire de la ville de Béziers a encore fait parler de lui. Robert Ménard, le fondateur de Reporters Sans Frontières (passé de l’extrême-gauche à la gauche, puis à la droite et enfin à l’extrême-droite) a été élu à la tête de la ville voilà un an avec le soutien du Front National. Cette semaine, le maire a eu l’idée de renommer la rue du 19 mars 1962 en rue du Commandant Hélie Denoix de Saint Marc. Seulement voilà, le 19 mars 1962 commémore les accords d’Évian qui ont mis fin à la guerre d’Algérie, tandis que Commandant, malgré ses faits de résistance pendant la 2nde Guerre mondiale, reste associé à la pratique de la torture en Algérie et au putsch manqué de 1961 contre le Général Charles De Gaulle. Condamné à 10 ans de prison, il a été gracié en 1966, réhabilité en 1978 et est mort en 2013, son nom n’est plus révéré que par les nostalgiques de l’Algérie française… Ceux-là même à qui Robert Ménard, lui-même pied noir (né en Algérie lorsqu’elle était une colonie), a vanté « notre paradis à nous ». Mais si l’Algérie était un paradis, pourquoi vouloir réserver un tel accueil aux anges basanés qui traversent régulièrement la Mer Méditerranée ?

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.


23/03/2015
Sombre Enchaînement

C’est avec une certaine amertume que Glärb s’est levé ce matin, et le film que son jeune collègue lui a fait visionner hier soir n’y est probablement pas étranger. La vision qu’ont les Terriens des autres races extraterrestres serait donc incarnée par cet étrange film qui parle de guerres et d’étoiles ? Certes, l’observateur a vu bien des races ressemblant peu ou prou à ce que cette fiction dépeignait, mais de là à se battre, à leur ère, avec de simples sabres qui font « pshuit » et qui brillent, voilà une véritable insulte. Tout comme celle de penser que les extraterrestres ressemblent aux humains. Boudeur, l’aîné des deux Mwandishi ne s’en met pas moins au travail sitôt levé.

Vahrüt n°83. 16 Mars 2015 au 22 Mars 2015. Calendrier Terrien.

Cette série noire n’a rien d’une coïncidence, l’année 2015 semble partie pour être l’année des attentats sanglants. Après Paris et le Danemark, c’est autour de Tunis d’être frappé par la violence terroriste. Mercredi 18 mars, dix-neuf personnes sont mortes dans le musée du Bardo, un lieu très touristique dans la capitale tunisienne. Les deux assaillants, identifiés comme étant Yassine Labidi et Hatem Khachnaoui, ont pris pour cibles à l’arme lourde des touristes descendant d’un bus et les ont poursuivis à l’intérieur de l’établissement, où ils ont menacé des otages. Les forces d’autodéfense ont donné l’assaut deux heures et demi plus tard et les deux meurtriers ont été tués. Les victimes sont très majoritairement des touristes : cinq Japonais, quatre Italiens, deux Colombiens, deux Français, un Polonais, un Australien, une Espagnole ainsi que deux Tunisiens, un civil et un policier. À cela s’ajoutent 42 blessés. Passé l’émoi mondial (aurait-il été le même si les victimes n’avaient pas été des touristes ?), les failles de la sécurité tunisienne ont été pointées du doigt, et à présent un troisième homme, chauffeur et complice, est activement recherché. En attendant, l’État islamique a revendiqué l’attentat, ce qui n’est guère une surprise étant donné qu’une grande partie de ses recrues vient de Tunisie.

Un peu plus à l’ouest, à présent, les citoyens israéliens ont voté mardi pour les élections législatives. Après une campagne qui lui était très défavorable, le parti Likoud du Premier ministre Benyamin Netanyahou a finalement crée la surprise en étant confortablement réélu avec 23,40% des voix. Il a devancé l’Union sioniste, parti travailliste et centriste d’Isaac Herzog qui cumulait 18,67%. Autre surprise du scrutin : le score de la Liste unifiée d’Ayman Odeh, coalition communiste et arabe, qui arrive en troisième place avec 10,54% des voix. Cette nouvelle du succès de "Bibi" ne ravira en tout cas pas les partisans d’une solution à deux État pour le problème palestinien. Lundi soir, dans un ultime appel aux voix de l’extrême-droite, le chef du gouvernement sortant affirmait son refus catégorique de voir un jour la création d’un État palestinien. Trois jours plus tard, à sa réélection, il tempérait un peu plus en arguant que l’heure n’était pas encore venue. Une manière de rassurer le président américain Barack Obama, dont le pays n’est plus l’allié sans faille qu’il était autrefois. Ainsi, le renouveau en Israël ne viendra pas de son électorat.

En France aussi, c’était jour de vote, dimanche 22. Les départementales ne font pourtant pas si grand bruit, d’habitude, mais celles-ci sont plutôt particulières. Elles portent cette fois-ci plusieurs enjeux : elles sont liées à la réforme territoriale voulue par le gouvernement (la loi NOTRe passera bientôt au Sénat), ce sont les premières élections nationales depuis les attentats de Charlie Hebdo, et puis comme aux municipales et aux européennes de l’an dernier, il s’agit de constater une fois de plus la perte de confiance des électeurs français envers leur gouvernement. Sans surprise, à l’issue du premier tour, le Parti Socialiste n’est pas d’humeur fêtarde, même s’il s’en tire honorablement. Selon le décompte du ministère de l’Intérieur, sur 85% votes dépouillés, le bloc droite mène avec 36,5%, suivi du bloc gauche à 35,1% et du Front National à 25,8% des voix, soit un peu plus que son score aux européennes. Pour Marine Le Pen, il s’agit d’un triomphe, et la présidente du parti d’extrême-droite se vante déjà d’avoir « délogé le PS » tandis que Nicolas Sarkozy, de son côté, clame que « l’alternance est en marche ». La participation était bien plus haute que prévu, puisqu’à 17 heures les électeurs étaient 43% à s’être déplacés pour voter, contre 36% quatre ans plus tôt. Au second tour, dimanche prochain, il devrait y avoir de nombreuses triangulaires dans les cantons où les trois grand partis ont atteint un bon score, mais dans un quart d’entre eux la gauche ne sera pas présente. C’est seulement à ce moment que les responsables politiques pourront légitimement tirer les conclusions qu’ils veulent.

Enfin, je vous avouerais que Boglib et moi l’avons échappée belle, ce vahrüt ! Tous les Terriens (ou du moins ceux qui se trouvaient dans la bonne zone géographique) attendaient la fameuse grande éclipse (mais pas complète) prévue vendredi au petit matin. Rendez-vous compte : nombre d’entre eux s’étaient même procuré des lunettes spéciales pour voir leur lune passer devant le Soleil sans se brûler la rétine. Tous ces regards tournés vers notre cachette nous a rendus quelque peu inquiets, mon collègue et moi, sans parler de leurs instruments de mesure. Heureusement, nous avons eu le réflexe de manipuler la météo Terrienne afin de dissimuler le satellite par une épaisse couche de nuages. Cette idée des fumigènes vient des fictions terriennes, je crois que les ninjas faisaient la même chose, autrefois. Pour qu’ils ne soient pas trop frustrés, nous leur avons toutefois accordé un autre phénomène à observer : nous avons augmenté la puissance des marées sur leur planète pour les distraire. Ainsi, tous se sont émerveillés (ou peut-être noyés, nous ne savons pas) devant les marées les plus grandes du siècle. Ingénieux, vous ne trouvez pas ?

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.


31/03/2015
C est pas bientôt fini, oui?

Après de nombreux vahrüt passés à pester intérieurement contre son collègue, Glärb commence enfin à comprendre ce qui l’a poussé à visionner tant de ces films Terriens. En quelques semaines à peine, il a déjà vu suffisamment de fictions pour comprendre un peu mieux la culture humaine – qu’il connaissait déjà plutôt bien. Bien entendu, il n’en est pas encore arrivé au même point que Boglib, qui s’est lancé depuis quelques jours dans un marathon de films indépendants turkmènes, mais de ce que Glärb en a vu, il n’a guère envie de se joindre à lui. À la place, l’envie le prend de plutôt rédiger son rapport.

Vahrüt n°84. 23 Mars 2015 au 29 Mars 2015. Calendrier Terrien.

Les humains vivent décidément une sale année. C’est au tour cette fois-ci d’une catastrophe aérienne d’assombrir les unes de journaux. Un avion Airbus A380 de la compagnie GermanWings, la filiale low-cost de Lufthansa, s’est écrasé mardi 24 près de Barcelonette, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Parmi les 150 victimes de ce vol (dont 6 membres de l’équipage) qui liait Barcelone à Düsseldorf, on comptait surtout des Allemands et des Espagnols, mais aussi deux Australiens, un Belge et peut-être des Turcs. Pendant plusieurs jours, aucune piste n’a été écartée. L’hypothèse terroriste a même été évoquée dans un premier temps, mais c’était avant d’en savoir plus sur le copilote, Andreas Lubitz. D’après Le Figaro, celui-ci souffrait d’une « déficience visuelle très forte », d’environ 30%, un handicap susceptible de s’aggraver qui a rendu dépressif cet homme incapable de poursuivre sa carrière. M. Lubitz était par ailleurs censé être en arrêt maladie le jour du vol et une perquisition à son domicile a révélé « un grand nombre de médicaments pour le traitement de maladies psychiques ». Par ailleurs, selon une ex-petite amie, il aurait un jour déclaré « Un jour, je ferai quelque chose qui changera le système et alors tout le monde connaîtra mon nom et s'en souviendra ». Le jour du drame, il se serait ainsi enfermé dans la cabine pendant que le pilote était à l’extérieur, puis aurait délibérément provoqué l’accident. Un suicide qui, effectivement, restera dans la mémoire et poussera les autorités à revoir le système de contrôle des pilotes et co-pilotes.

Intéressons-nous à présent à un pays du Moyen-Orient que j’ai souvent délaissé, le Yémen. Voilà longtemps déjà que les rebelles houthistes (des musulmans chiites, donc alliés à l’Iran) étaient en guerre contre le gouvernement sunnite (allié à l’Arabie Saoudite et aux États-Unis). Après avoir pris le Nord et la capitale Sanaa, les insurgés se sont lancés à l’assaut de la région au sud : mercredi, la ville d’Aden est tombée entre leurs mains et le président Abd Rabbo Mansour Hadi a aussitôt fui le pays pour se réfugier chez son voisin (et allié) Saoudien. Le Yémen n’est pas un pays extrêmement riche, mais l’Iran est en voie de gagner un nouvel allié dans la lutte de pouvoir régionale, où sunnites et chiites s’affrontent par conflits interposés. C’est dans cette logique que l’Arabie Saoudite a mis en place une coalition destinée à combattre les rebelles, avec le soutien des États-Unis qui ont promis une aide en ce qui concerne les renseignements.

Comme prévu, je vais parler à nouveau des élections départementales françaises. La semaine dernière, la gauche avait réussi à sauver les apparences tandis que le Front National semblait parti pour rafler la mise. Finalement, le Parti Socialiste a perdu une trentaine de départements face à la droite (tout en réussissant l’exploit d’en gagner un, la Lozère). Quant au parti de Marine Le Pen, il a fait de bons scores dans de nombreux cantons, mais n’a finalement réussi à remporter aucun département. Pas de quoi décontenancer la chef du parti d’extrême-droite qui sommait une fois encore le président François Hollande d’écouter la voix du peuple et de démissionner. Même discours – plus justifié – à l’UMP où Nicolas Sarkozy s’est félicité d’un grande succès… qu’il faut avant tout attribuer aux échecs du président de la République lui-même.

Terminons avec un sujet un peu plus doux. Comme vous le savez sans l’ombre d’un doute, l’année prochaine, la ville polonaise de Wroclaw sera en 2016 la Capitale européenne de la culture. Or, il n’est jamais trop tôt pour évoquer cette ville au passé pour le moins mouvementé. Je suis tombé complètement par hasard sur une chouette vidéo présentant un site Internet développé par une joyeuse promotion issue d’une école de journalisme complètement inconnue. Ces étudiants – que je ne connais absolument pas – ont eu l’idée de présenter la quatrième ville de Pologne à travers une journée : coupée en six tranches horaires (aube, matin, midi, après-midi, soir et nuit), le magazine numérique 24H à Wroclaw présente une vision riche de la ville ainsi qu’un concept pour le moins original. Un peu de publicité pour ces charmantes personnes ne peut pas faire de mal, en plus je suis sûr que le rédacteur en chef technique du site est quelqu’un de très sympathique.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.