Actuglarb - Revues de Presse du Troisième Type






Novembre 2013

11/11/2013
Vive le Vent, qu ils Disaient

Voilà tout un vahrüt que Glärb a perdu l’une de ses raisons de vivre. Une semaine, en des termes humains, passée à négliger les tâches les plus élémentaires de sa vie quotidienne, au grand désespoir de son estomac. Sept jours passés à se remémorer les bons souvenirs de sa vie avec la charmante Blopa, de l’époque des éclats de rire et des larmes de joie, comme l’un de ces feuilletons dégoulinants de bons sentiments. Roulé en position fœtale sur son lit, le Mwandishi n’en a que faire des Terriens et de leurs misères. À la quatrième alarme lui indiquant un retard conséquent, l’extraterrestre finit par se lever, lentement, comme un corps s’extirpant de son cercueil, puis marche d’un pas lent vers le clavier, que ses doigts ne tardent pas à pianoter à un rythme lent, régulier, las.

Vahrüt n°25. 4 Novembre 2013 au 10 Novembre 2013. Calendrier Terrien.

Il semblerait que la Terre, à l’instar de Krantavis, soit engagée dans un bras de fer sans fin avec les forces de la nature. En effet, depuis vendredi 8, une tempête d’une force inouïe (la plus puissante jamais enregistrée touchant la terre) du nom de Haiyan (ou Yolanda) balaie l’Asie du Sud-Est, et notamment les Philippines. Le gouvernement, qui avait perçu la menace météorologique, a bien tenté de préparer le pays, mais rien n’aurait pu empêcher ces vents soufflant jusqu’à 360 km/h de ravager les villes. Les témoignages des habitants ou des correspondants étrangers ressemblent à des récits apocalyptiques : une journaliste de la chaîne arabe Al-Jazira explique que « Le bruit était incroyable, difficile à expliquer, c'était comme une bête furieuse […] Tout avait été aplani, détruit, c'était devenu une ville fantôme en seulement deux heures. » ; le « chasseur de tempête » Josh Morgerman évoque « les bâtiments défoncés et les arbres déracinés, le pillage généralisé et les cadavres qui se décomposent ». Le gouvernement dit s’attendre à plus de 10 000 morts, mais les pertes humaines seront probablement bien plus élevées. La catastrophe a déjà plusieurs fois été comparée au tsunami qui avait ravagé cette partie de l’Asie en 2004 (y compris en ce qui concerne les pillages). Maintenant, il reste à savoir si en ces temps difficiles, le reste de la Terre fera preuve de la même générosité en dons qu’il y a presque dix ans.

En effet, l’économie mondiale ne s’est toujours pas remise, et le chemin sera encore long pour sortir de la crise puisque l’agence de notation Standard and Poor’s a jugé les mesures du président François Hollande inaptes à redresser l’économie française. La note de la France est ainsi passée du AA+ au AA, ce qui constitue un coup dur pour le chef de l’État qui n’avait pas manqué de fustiger la politique économique de son prédécesseur Nicolas Sarkozy en janvier 2012 suite à la perte du AAA. Il n’est guère étonnant que cet événement sonne comme un constat d’échec dégradant la réputation désastreuse de F. Hollande, mais il faut relativiser : cette note a été baissée parce que le président socialiste n’a pas appliqué les mesures libérales chères aux élites financières, ce qui tend à être le signe d’une cohésion avec les valeurs de la gauche (c’est suffisamment rare pour être souligné). Notons en outre que le récent prix Nobel de l’économie Paul Kruger a lui-même critiqué la décision de Standard and Poor’s en expliquant que le geste a des motifs idéologiques et non économiques. Contrairement au Royaume-Uni (encensé par cette agence), la France refuse de baisser les dépenses publiques et se concentre sur les impôts en souhaitant cibler les plus riches. Pourtant, les prédictions du FMI montrent que la situation française pourrait être meilleure que son voisin outre-Manche dans quelques années.

Il est toutefois nécessaire de rectifier les affirmations de Kruger en rappelant que ce ne sont pas les riches, mais les foyers modestes et pauvres qui subissent le plus fort la hausse des impôts. En tout cas, en Bretagne, la grogne continue et l’écotaxe est toujours aussi vivement critiquée. Depuis la semaine dernière, de nombreux Bretons ont manifesté coiffés de bonnets rouges. Cette coiffe date des révoltes antifiscales de 1675 contre Louis XIV lorsqu’il a voulu taxer le papier timbré (nécessaire aux actes de vente) pour lever des fonds en vue de faire la guerre à la Hollande. De ce fait, cela constitue un symbole médiatique qui fonctionne très bien. Au total, cinq portiques du dispositif l’écotaxe ont été vandalisés, ainsi que 44 radars sur les 109 de la région (les dégradations ou destructions se sont poursuivies cette semaine). Pendant ce temps, les partis d’opposition fustigent l’action du gouvernement en oubliant que le projet a été voté à l’unanimité à l’Assemblée en 2009.

Puisque l’on parle de l’opposition, cette semaine a également vu la naissance d’une alliance (présentée comme une noce) entre les deux partis centristes : l’UDI (Union des Démocrates Indépendants) de Jean-Louis Borloo et le Modem (Mouvement Démocratique) de François Bayrou. Les deux hommes politiques avaient annoncé dès dimanche sur Twitter qu’ils scelleraient leur union au cours d’une conférence de presse commune mardi 5 novembre. Cette alliance, qui porte le nom d’ « Alternative », est résolument orientée à droite (malgré les démentis des principaux concernés), puisque l’alliance avec le PS est rejetée au profit d’un partenariat avec la « droite républicaine », qui par son respect des « valeurs humanistes ».

Parlons d’art, à présent. Ou plutôt de vol d’art. En effet, en début de semaine, un article est paru dans l’hebdomadaire allemand Focus, repris par les médias du monde entier. Il indique que pas moins de 15 000 tableaux ont été retrouvés il y a deux ans dans un appartement de Munich, en Allemagne, derrière des boîtes de conserve vieilles de plusieurs décennies. Les tableaux ont été accumulés par Hildebrand Gurlitt, père de Cornelius Gurlitt, l’actuel propriétaire de l’appartement. Ce collectionneur et marchand d’art, au cours du IIIe Reich d’Adolf Hitler avait pour mission de vendre les œuvres de l’art « dégénéré » non conforme à l’idéologie nazie. Il ne s’est pas privé pour garder certains morceaux pour lui, tout en extorquant certaines œuvres aux juifs menacés par le régime avec du chantage. C’est par un banal contrôle effectué en 2010 dans un train entre Zürich et Munich que les douaniers ont découvert 9000€ en billets. Croyant avoir affaire à une fraude, ils ont lancé une enquête, qui a mené à cette incroyable saisie de tableaux de Picasso, Chagall, Matisse, etc. (de grands noms de la peinture Terrienne), pour une valeur estimée à environ un milliard d’euros. C’est des ventes de ce trésor que Cornelius vit, et tout porte à croire qu’il a bien d’autres tableaux, puisque quelques mois à peine après cette perquisition en 2011, le fils du marchand d’art a vendu une œuvre de Beckmann aux enchères.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.


18/11/2013
Tristes Constats

Qui aurait cru que la crise sentimentale de Glärb lui permettrait de se rapprocher de la culture Terrienne ? En effet, pour ce qui est de se lamenter toute la journée en écoutant des chansons tristes, la musique humaine regorge de titres larmoyants à souhait avec lesquels s’apitoyer. C’est donc avec les yeux humides que l’observateur se traîne en rampant jusqu’à son fauteuil, où il prend place avec toute la mollesse dont est capable un Mwandishi déprimé. Il manque à plusieurs reprises de s’effondrer sur son clavier, mais parvient à tenir bon pour se lancer dans la rédaction de son rapport.

Vahrüt n°26. 11 Novembre 2013 au 17 Novembre 2013. Calendrier Terrien.

Cette semaine encore, j’ai pu faire quelques observations des mœurs humaines, et notamment françaises, et je commence vraiment à me demander si toutes ces analyses en valent la peine, tant il s’agit d’une espèce peu fréquentable. Commençons par la commémoration du lundi 11 novembre, qui célèbre l’armistice du 11 novembre 1918 sous le nom de « Jour du Souvenir ».C'est ainsi l'occasion pour tous de se rappeler le sacrifice de leurs ancêtres dans une guerre aussi sanglante qu’inutile. On aurait tendance à croire que le peuple serait, pour cette journée, uni malgré ses différences… mais ce serait sous-estimer l’opiniâtreté d’une certaine frange de la population. C’est ainsi que le président François Hollande, lors de la cérémonie des Champs Élysées, a été accueilli par des « Hollande démission, dictature, ta loi on n'en veut pas » venant de manifestants du Printemps Français, opposants d'extrême-droite au Mariage pour Tous. En même temps, il faut les comprendre. Que vaut le souvenir de plusieurs générations sacrifiées sous les obus de l’artillerie allemande face à un peuple sacrifié par une loi permettant l’égalité entre hétérosexuels et homosexuels ?

Puisque l’on parle d’égalité, je ne peux pas m’empêcher d’évoquer, comme tant d’autres l’ont fait avant moi, l'égalité bafouée que démontre la montée du racisme en France (bien qu’une « libération de la parole raciste » semble plus plausible). Les « dérapages » se font de plus en plus nombreux depuis quelques semaines, comme celui que j’évoquais il y a peu. Outre une nouvelle bourde sur Facebook de la part de Claudine Declerck, une conseillère municipale UMP, le plus emblématique est la Une du journal d’extrême-droite Minute. Ses « journalistes » ont beau se réfugier derrière l’humour et la langue française en expliquant que les phrases « Maligne comme un singe » et « Elle retrouve la banane » jouxtant le portrait de la Garde des Sceaux Christiane Taubira ne sont que des expressions, ça ne les empêche pas d’être pointés du doigt par tous. Y compris le Front National, qu’ils avaient accusé au début de l’année d’être infiltrés par un lobby gay (rappelons qu’au cours du duel pour la tête du parti, le journal soutenait l’opposant à la chef actuelle, Bruno Gollnisch). Cette dérive de la société française que tous constatent n’est toutefois pas une spécificité française, comme en témoignent les affronts faits à la ministre italienne de l’Intégration, Cécile Kyenge. Au point même que l’ONU s’est dite inquiète au sujet de la « manifestation claire de la montée du racisme, de la xénophobie et de l'intolérance à l'encontre des minorités ethniques ou religieuses et des migrants », et ce quand bien même la leader du FN Marine Le Pen affirme que la France « est le pays le moins raciste au monde ».

Notons une bonne nouvelle, tout de même : la libération d’un nouvel otage au Nigéria. Francis Collomp avait été enlevé le 19 décembre 2012 au Nigéria par Ansaru, un groupe islamiste en lien avec le célèbre Boko-Haram. Il reste difficile de faire toute la lumière sur les circonstances de cette évasion. Une fuite au cours d’une opération de l’armée nigériane a d’abord été évoquée, et à présent il est question d’une évasion préméditée, exécutée pendant que les geôliers priaient. Mais pour contrebalancer cet événement heureux, il faut déplorer dans le même temps l’enlèvement d’un autre Français, cette fois-ci au Cameroun. Le Père Georges Vandenbeusch étant un prêtre catholique envoyé en tant que missionnaire dans un pays majoritairement musulman, on peut aisément comprendre pourquoi les islamistes en ont fait une cible de choix.

Pendant ce temps, en Chine, s’est déroulé jusqu’au mardi 12 novembre le plénum du comité central du Parti Communiste. Y ont été établies plusieurs décisions d’ordre économique et sociétal, parmi lesquelles la fin des camps de « rééducation par le travail » ou une utilisation moins fréquente de la peine de mort. Mais la plus notable est l’assouplissement de la politique de l’enfant unique. En effet, dans ce vaste pays, le plus peuplé du monde, avait été établi en 1979 une stricte politique interdisant la population d’avoir plus d’un enfant. Outre les avortements ou les meurtres de nourrissons, il en résulta deux conséquences néfastes pour le pays : un déséquilibre en faveur des hommes (quitte à n’avoir qu’un enfant, de nombreux couples préféraient qu’il ait un zizi), mais surtout un taux de fécondité alarmant, avec un vieillissement de la population qui s’avèrera, à terme, une catastrophe pour l’économie de l’Empire du Milieu. Certes, on n’est pas là de voir des familles de sept ou huit bambins, mais les couples dont un des membres est un fils ou fille unique aura à présent le droit d’avoir un second enfant. Le « made in China » humain renaît.

Mais revenons en France pour un fait divers plutôt sordide. J’ignore si vous vous en souvenez, mais dans mon tout premier article, j’évoquais un rebelle syrien dévorant le cœur d’un soldat du régime. Sachez que cette pratique culinaire s’est d’ores et déjà exportée vers l’Hexagone, puisque dans le petit village de Nouilhan, dans les Hautes-Pyrénées, un jeune sans-abri disant entendre des voix a assassiné un nonagénaire à l’aide d’une barre de fer avant de brûler son corps (et sa maison) pour manger sa langue et son cœur. Le déséquilibré a été arrêté au moment de se lancer dans un second festin sur une autre personne. Et s’ils avaient raison ? Et si les humains étaient délicieux ? Ne comptez en tout cas pas sur moi pour le vérifier.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.


25/11/2013
Conférences et Anniversaires

Jamais Glärb ne s’est senti aussi idiot. Vient-il réellement de passer les trois derniers vahrüt à se morfondre et à vivoter en négligeant les tâches les plus élémentaires ? Il parvient avec peine à résister à cette envie obsédante de se frapper le visage contre un mur, tant il a honte de cette attitude. Blopa et lui, c’est fini, et alors ? Elle n’était pas dénuée d’imperfections, et son nouveau petit ami ne manquera pas de s’en apercevoir. Ha ! Il est tellement mieux sans elle ! Il n’y a qu’à voir comme il sourit, au moment de s’asseoir sur son siège pour s’atteler à la rédaction de son rapport. Jamais il n’a été aussi heureux ! Certes, il force un peu ses zygomatiques, mais l’amélioration est tout de même notable. C’est donc en se fendant de ce sourire forcé, et en tentant de mettre une croix sur une partie de sa vie sentimentale que l’observateur se concentre sur son travail.

Vahrüt n°27. 18 Novembre 2013 au 24 Novembre 2013. Calendrier Terrien.

La semaine a été plutôt agitée pour les Français, et plus haletante encore pour les Parisiens. En effet, la Ville Lumière s’est vue au centre de toutes les attentions durant plusieurs jours. Tout a commencé lorsque lundi 18, un homme a fait irruption dans le siège du journal Libération et a tiré sur un photographe à l’aide d’un fusil à canon scié. Tandis qu’il prenait la fuite, laissant sa victime dans un état grave, les policiers de toute la ville se sont mis en branle-bas de combat pour retrouver le coupable. Les vidéos des caméras de surveillance ont été allègrement mises à profit pour dresser un portrait de l’individu, dont on savait par les prélèvements d’ADN qu’il avait déjà fait des siennes au siège de BFMTV le 15 novembre en menaçant les journalistes. Au terme de six jours de traque depuis cette première apparition, le « tireur fou », après avoir tiré un coup de feu sans faire de victime devant la Société générale, a finalement été dénoncé par une personne l’hébergeant et appréhendé dans un état léthargique dans sa voiture garée sur un parking – après une tentative de suicide par la prise de médicaments, selon les enquêteurs. Abdelhakim Dekhar n’en est pas à son premier méfait, puisqu’en 1998, il a écopé de 4 ans de prison pour avoir fourni les armes à Audry Maupin et Florence Rey, les auteurs de la Tuerie de la Nation en octobre 1994 qui a coûté la vie à quatre personnes : trois agents de police et un chauffeur de taxi, en plus de Maupin lui-même. Cet acte du tireur, qui a fréquenté les milieux d’extrême-gauche par le passé, ne cesse de déchaîner les passions, entre les adeptes de théories du complot, la droite qui moque l’hypocrisie du gouvernement à propos de l’extrême-gauche ou ceux et celles qui réclament à cor et à cri le rétablissement de la peine de mort pour un homme qui en a blessé un autre. Ils ont vraiment le cœur sur la main.

À une échelle plus grande et plus préoccupante, les avancées dans le dossier du nucléaire iranien ont également été au centre de nombreuses préoccupations au cours de ce vahrüt. En effet, cela fait de nombreuses années que les efforts de l’Iran pour se doter de l’arme atomique inquiètent les grands puissances occidentales, mais plus encore Israël. L'État juif est non seulement est placé en première ligne, mais serait également désigné comme un pays à rayer de la carte selon l’ayatollah Ali Khamenei, qui détient la majeure partie du pouvoir – n’en déplaise au président modéré Hassan Rohani. Ce dernier a été élu dans l’espoir qu’il fasse lever les très lourdes sanctions pesant sur le pays, et ce sera bientôt chose faite suite à l’accord signé à Genève entre les cinq pays membres du Conseil de Sécurité de l’ONU (États-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France), l’Allemagne et l’Iran. Ce dernier s’engage ainsi à stopper toute tentative d’enrichissement de l’uranium à plus de 20% (nécessaire à la bombe nucléaire), de détruire l’uranium déjà enrichi et d’arrêter la construction d’une centrale dans la région d’Arak, en échange de quoi les sanctions très restrictives seront levées. Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a déjà évoqué une « erreur historique », mais nul ne sait encore si l’Histoire lui donnera raison.

Une autre conférence a eu lieu cette semaine pour signer l’armistice entre les humains et la nature suite aux ravages de la tempête Haiyan. En effet, à Varsovie, en Pologne, s’est tenue une conférence sur le climat. De nombreux observateurs issus des OGN de défense de l’environnement y ont assisté avant de partir, constatant que les négociations étaient bloquées. Les principaux réfractaires à une politique plus écologiques étaient la Chine et l’Inde, dont la croissance serait sensiblement pénalisée par de telles restrictions. À l’instar de pays en développement, ces nations souhaitent un traitement différent entre les pays riches occidentaux et eux. Au final, tout ce qui a pu être négocié, c’est une feuille de route prévoyant la prochaine conférence sur ce thème, en 2015 à Paris – et encore, elle est durement critiquée. Nous devrions d’ores et déjà prendre des mesures pour prévenir, dans quelques siècles, un afflux massif de réfugiés terriens fuyant une planète mourante.

Cette semaine, le monde entier a fêté deux cinquantenaires. Le premier est celui d’une étrange série britannique mettant en scène un non-humain sur Terre (il n’y est fait mention à aucun moment des Mwandishi, ce qui témoigne du manque de réalisme de cette fiction). Mais ce qui retiendra mon attention ici, ce sont surtout les cinquante ans de l’assassinat d’un célèbre président américain, John Fitzgerald Kennedy. C’est le 22 novembre 1963 qu’à Dallas, le cortège présidentiel s’arrêta brusquement lorsque Lee Harvey Oswald fit feu sur le chef d’État. Ou du moins officiellement, puisqu’on ne connaîtra jamais la vérité sur le meurtre de cet homme qui avait de nombreux ennemis, aussi bien intérieurs qu’extérieurs, et la mort « accidentelle » ou non de tous ceux qui y étaient de près ou de loin n’est pas là pour éclaircir ce mystère.

Finissons sur un thème d’apparence plus léger. En effet, mardi 19 novembre, les Terriens ont pu fêter pour la première fois la Journée Mondiale des Toilettes. Oui, ils y consacrent une journée entière. Mais avant que vous n’éclatiez d’un rire moqueur, je me permets de préciser qu’il ne s’agit pas d’une forme de passion pour l’acte défécatoire, cette journée est l’occasion de se sensibiliser à un problème majeur : un humain sur trois n’a pas accès à des sanitaires décents, et ce n’est pas par manque de bonne volonté. Ces 2,4 milliards de malheureux font partie de la couche la plus pauvre de la population mondiale. Dans un sens, il est même plutôt triste de constater qu’en raison de l’aspect quelque peu sordide de ce thème, on n’accorde que peu d’importance à un problème qui nécessiterait de grandes levées de fonds, et ce afin de disposer de petits coins pour tous.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.


02/12/2013
Insurrections à Foison

Qu’y a-t-il d’intéressant à dire sur Glärb, cette semaine ? L’observateur s’est enfin débarrassé de ses démons sentimentaux, il a fait une croix sur cette odieuse Blopa au cœur de pierre. Il est plus que jamais de retour à la normale, sans avoir besoin de pleurer ni de sourire. Le voilà redevenu un simple observateur, comme les mois qui ont précédé cette rupture. La preuve en est qu'il a même poussé le professionnalisme jusqu’à se lancer juste à temps dans son travail, ce qui est tout de même suffisamment rare pour être impressionnant.

Vahrüt n°28. 25 Novembre 2013 au 1 Décembre 2013. Calendrier Terrien.

Vous souvenez vous des troubles qui ont secoué le monde il y a quelques mois ? La Turquie, le Brésil, puis l’Égypte… On aurait dit qu’un vent insurrectionnel soufflait sur la Terre en portant les graines de la discorde d’un continent à l’autre. Je n’ai pas pu m’empêcher d’y penser ces derniers jours en observant deux nations s’agiter simultanément, pour des raisons radicalement différentes. Parlons d’abord de l’Ukraine. Ce pays d’Europe de l’Est jouxtant la Russie s’est officiellement libéré du giron de cette dernière avec l’éclatement de l’URSS en 1991. Cela n’empêche guère son président Viktor Ianoukovytch de se montrer très proche du pays qui l’a délibérément affamé du temps de Joseph Staline. Voilà plusieurs mois qu’un accord d’association visant à rapprocher le pays de l’Union Européenne était en préparation, mais le président Ukrainien a fait volte-face, au grand mécontentement de la frange europhile de son peuple, qui a manifesté en nombre dans les rues. L’ancienne première ministre Ioulia Timochenko, qui avait œuvré pour ce rapprochement et qui purge depuis 2011 7 ans de prison pour « abus de pouvoir » souhaite que ces protestations se poursuivent « tant que le régime ne sera pas renversé par des moyens pacifiques » en appelant à « libérer l’Ukraine ». Elle a en outre entamé une grève de la faim. La dernière manifestation, dimanche soir, a rassemblé 100 000 personnes. Il y avait probablement plus d’europhiles dans cette foule qu’au sein des six pays fondateurs.

Le second pays concerné par une opposition grandissante, c’est la Thaïlande. Cette monarchie constitutionnelle se déchire entre les « chemises rouges » et les « chemises jaunes », autrement dit les soutiens du gouvernements et des royalistes qui souhaitent le départ du gouvernement en place. À l’origine de ces troubles, encore un ex-Premier ministre. En effet, Thaksin Shinawatra était le chef de l’État de 2001 à 2006, mais un coup d’État ainsi qu’une affaire de corruption l’a poussé à l’exil à Dubaï, dans les Émirats arabes unis, puis au Monténégro. Lorsque le Parlement a tenté de voter une loi sur l’amnistie, les chemises jaunes de l’opposition y ont vu les prémices d’une grâce envers l’homme politique, frère de Yingluck Shinawatra, la chef du gouvernement. Nombreux sont ceux qui affirment même que l’exilé tire les ficelles depuis l’Europe de l’Est. Et bien que le projet de loi ait été rejeté, le peuple ne décolère pas et les violences s’accroissent entre les deux couleurs de chemise : il en a résulté un premier mort samedi. À l’inverse du cas égyptien, l’armée a refusé d’intervenir, bien que le général Prayut Chan-O-Cha ait affirmé avoir demandé au chef de la police de restreindre l’utilisation de gaz lacrymogène. À l’inverse des troubles qui ont marqué les mois de mai, juin et juillet, ceux qui secouent l’Ukraine et la Thaïlande ne semblent pas être spontanés, et sont même instrumentalisés par les partis d’opposition.

Mais revenons aux actualités franco-françaises, avec un fait divers qui vient d’être résolu. Celui-ci débute dans la ville de Berck-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, lorsqu’une femme abandonne sa fille de 15 mois sur une plage en planifiant l’heure à laquelle la marée monterait. Le corps de la petite Adélaïde sera retrouvé le lendemain par des pêcheurs de crevettes. Quant à la mère, Fabienne Katou elle a été retrouvée et mise en examen pour « assassinat » grâce à des images de vidéosurveillance de la Gare du Nord à Paris et à des témoignages. Le père, un homme de 63 ans, n’était semble-t-il au courant de rien. Sitôt interpellée, elle a expliqué qu’élever sa fille « entrait en contradiction avec sa vie de couple », qu’elle souhaitait la « libérer d’un avenir sombre » tout en ajoutant qu’elle a choisi cette ville pour son nom. Mais à part ça, elle affirme qu’elle aimait profondément son enfant. Je vous avouerai que je suis plutôt déçu, car j’aurais pensé que les Terriens disposaient d’orphelinats ou de services d’accueil en tous genres pour éviter d’en arriver à de telles extrémités. En fait, je préfère ne pas savoir s’ils existent, parce que l’idée que des humains puissent se montrer aussi lâches envers leur propre progéniture me ferait sans nul doute régurgiter mon déjeuner.

Parlons politique, à présent. Le champ s’est élargi cette semaine avec la création jeudi du parti Nouvelle Donne par l’économiste Pierre Larrouturou, en référence au « New Deal » du président américain Theodore Roosevelt. Cet homme au nom de famille rigolo estimait que les valeurs que devait incarner le Parti Socialiste étaient absentes des actes de la majorité présidentielle. Il est en tout cas parvenu à s’entourer de militants et d'élus de plusieurs partis : PS, EELV, Front de Gauche ou MoDem, avec des personnalités telles que le sociologue Edgar Morin ou l’humoriste Bruno Gaccio. Bien entendu, en tant que Mwandishi, ces noms ne vous disent absolument rien, mais il s’agissait simplement de signaler que son parti n’avait pas fait un « bide », comme le disent les humains. Ou du moins pas encore, car il reste à attendre les élections européennes, en 2014.

Enfin, j’évoquais le mois dernier le projet de loi portant sur la pénalisation des clients de prostituées en France, qui avait donné lieu au médiatique « Manifeste des 343 salauds ». Eh bien c’est cette semaine que le texte a été débattu à l’Assemblée Nationale, plutôt clairsemée pour l’occasion, et la disposition la plus controversée portant sur l’amende a été votée la nuit du 29 novembre. Selon cette loi, qui sera votée dans son ensemble le 4 décembre, les clients de la prostitution devront payer 1500€ d’amende toute relation tarifée avec des professionnelles. Cela ne fera probablement que faire de ce « plus vieux métier du monde » une profession plus clandestine que jamais. Selon le ministère de l’Intérieur, 80% à 90% des prostituées sont d’origine étrangère (sur plus de 20 000 d’entre elles). Combien parmi elles de femmes en situation irrégulière, exploitées par des réseaux ? On voit difficilement comment la répression de l’État pourrait éradiquer un marché si juteux du jour au lendemain. Je n’ai toutefois pas saisi ce que le code génétique de ces dames a de si grandiose pour que des humains prennent autant de risques pour leur faire des enfants, mais j’ai bon espoir de percer, un jour, les arcanes de la sexualité Terrienne.

Je vous recontacterai au prochain vahrüt. Amitiés. Observateur Glärb.